22/02/2010

C'est reparti!

Un petit post de mise en route. Des photos prises ce matin à 8 heures...
 

1
 

Et pourtant...

 
2

Aujourd'hui, c'est sûr, il fera bleu!

 
AB asignat doré

11/01/2010

Sauvetage d'oiseaux ou guerre des tranchées:)?

Voici ce que j'ai vu hier matin au p'tit dej:

1ois

 
3ois
Il neigeait encore!

J'ai trouvé çà stressant, laisser ces petites bêtes que je nourris avec amour, sans rien à picorer que les graines tombées de leurs mangeoires!!!
Il y en a dans tous les arbres ou presque hein, mais là il s'agit des plus visitées, celles du poirier juste devant la fenêtre.

Donc l'après midi, je me suis armée de courage et surtout de ma pelle, ah! je devrais la photographier celle-ci aussiClin d'oeil et j'ai déblayé pour pouvoir aller au ravitaillement. j'en ai profité pour faire d'autres photos hein, çà vous donne l'occasion de voir! D'autant que pendant que je m'activais, le soleil a bien voulu montrer son nez!

 
4ois
Commencé par la titine qui était sur mon chemin de toute façon (pour faire plaisir à Nays et Alain)!

 
5ois
Je me fraie un chemin en longeant la véranda...

 
6ois
J'ai passé la terrasse découverte, je suis dans le jardin et tourne vers le poirier.

 
8ois
Et m'y voilà!

 
10ois

 15ois
Vous voyez, même pas une heure après c'était payant! Sur la dernière photo j'ai entouré les oiseaux. En fait il y en a plus mais je les prends à travers la fenêtre, pas évident!
 

 16ois
Pris entre deux pelletées, quelques vues du jardin. Le dégel est bien entamé, le soleil bien chaud, j'ai oté ma parka, je travaille en polaire!
 

 17ois
La fenêtre de ma chambre: comme vous voyez la neige fond bien par rapport aux photos du 1° jour. Entre la maison et le sapin, il y a des escaliers en pierre qui grimpent au jardin du dessus (vous apercevez les piquets des framboisiers) mais ils ont disparu dans le blanc:)!
 

 
18ois
Là c'est le jardin, et la montagne au delà. Mais vous voyez? Le ciel est enfin bleu alors qu'il y a 1/4 d'heure il neigeait encore. C'est la normale ici.
 

 
19ois
Je ne vous ai montré que la gauche du jardin de devant, voilà à droite, vous pouvez encore voir les traces des travaux de déblaiement de vendredi avec le voisin. On dirait la guerre des tranchées mais çà fond vite!  De ce côté pas trop parce qu'il y a la grande haie qui fait de l'ombre.
 

 
20ois
Là encore, c'est le côté droit de la maison, vous l'avez compris.
Et voilà! je referme le garage et je rentre au chaud me faire un petit thé. Et si çà recommence, à ce point là je veux dire, je vous réquisitionneSurpris!!!!!

 
AB asignat doré

10/01/2010

chez moi: les stalactites!

Oui c'est vrai que normalement je ne devais plus poster le dimanche, je me l'étais promis juré craché mais bon, vais pas en faire un pataqués, à partir de la semaine prochaine, plus rien!

 
Mais voilà! cet après midi, j'ai fait un peu de nettoyage, il y avait un semblant de soleil qui nous fondait la neige. Le toit de ma véranda menace de s'écrouler avec le poids mais je n'y peux rien! Par contre, la fonte crée des stalactites tout jolis et avant de les faire tomber pour qu'ils ne blessent personne, encore que je doute que quelqu'un soit tenté de passer là avec ce tapis blanc, je les ai photographiés. Il y en a peu hein mais bon, c'est joli.

 
3stal+
Vous le voyez le soleil là, tout blanc? La photo est prise de l'intérieur de la véranda et le long stalactite descend presque jusqu'au sol, enfin, la neigeRigolant!

 
6stal+
Je vous ai mis celle-là aussi parce qu'on voit bien la formation de la bête: l'eau qui descend petit à petit et qui gêle avant d'arriver au sol. Au travers, on aperçoit les gouttes qui se suivent!

 
Bon dimanche à tous!

 
AB asignat doré

23/11/2009

Ma Provence: Virée marseillaise!

Donc vendredi, je vous au un peu abandonnés pour aller passer une journée cool à Marseille. Je mets les photos un peu en vrac. La qualité des 2 que j'ai prises de ma place au resto est moyenne mais il y a la vitre hein:)!


l'archipel du Riou
L'Archipel du Riou.

Il faut que je vous dise! Comme vous le savez, Marseille est MA ville! Çà, si vous l'Ignorez c'est soit que vous venez me visiter pour la première fois soit que vous êtes amnésique et là ce n'est plus de mon ressort mais parait que çà se travaille la mémoire.
Or, ma fifille, qui est née à Marseille aussi mais tout à fait par hasard, parce que j'étais en Afrique quand je l'attendais et qu'en pleine brousse nous  n'avions pas de structure adéquate, je suis donc venue en France pour la naissance, trouve que cette ville n'a aucun attrait! Je sais, on se dit elle est folle quand on lit çà: comment? Ne pas aimer Marseille?? Alors de temps en temps, je l'emmène, on décide comme çà, allons hop on y va et voilà. Et je lui montre un quartier, un lieu, une chose parmi tant d'autres qui fait que Marseille, ben oui! c'est Marseille.

Là, j'ai choisi de lui montrer Les Goudes. C'est un quartier comme un autre, un peu (beaucoup) excentré et qui n'a pas changé du tout depuis ma jeunesse. Nous avons pris le bus pour nous y rendre, pour pouvoir admirer le décor, il en vaut la peine.
C'est un minibus qui fait la ligne. Le chauffeur nous a demandés de patienter un peu, il « allait se faire un petit jus et zou »! Ligne 20: on peut aller jusqu'à Callelongue, un arrêt après Les Goudes. Ensuite plus rien que le site très protégé des calanques que je vous ai présenté au début de ce blog: emporter de l'eau, c'est sec, ou choisir la mer pour y accéder.

en attendant le 20. arrêt de bus
En attendant le 20!

Il faut longer l'immense plage du Prado (je vous l'ai montrée en diapos déjà), enchaîner sur la Corniche puis viennent la Pointe Rouge, Endoume... des quartiers populaire, le vrai Marseille, celui de ma jeunesse. Là, des collines blanches à vous blesser les yeux. Et bien sûr la mer omniprésente avec pas très loin ses îles, Le Frioul, le Château d'If, Pomègues et Rateneau...

iles au large
Les îles au large.

Nous avons déjeuné au restaurant que nous fréquentions quand j'avais 17, 18 ans. On commandait des pâtes, pas cher et çà bourre et on refaisait le monde. Mais là on a choisi une magnifique baudroie dans son  bouillon de bouillabaisse: sublime! Une charlotte au chocolat divine, le tout arrosé d'un rosé de Sainte Marie!

les goudes vue resto2
Vue sur le petit port des Goudes, par la baie du resto.

Quelques tables plus loin, un groupe fêtait un anniversaire. Ambiance marseillaise garantie, quand le moment de souffler les bougies est arrivé, que les bouchons de champagne ont sauté, nous avons eu nous aussi, notre coupe et on a porté un toast avec nos amis, pensez donc, des marseillaises de passage dans leur ville!!! Je sais, çà peut paraître curieux mais chez nous à Marseille, c'est normal! On partage son bonheur.

les goudes vue du resto1
Toujours du resto mais avec zoom.

Pour l'après midi nous avons pris un bateau pour approcher un peu les îles.  Il faisait si beau! Mais pas trop près quand même, il y avait une petite houle.

plane-pierre-ajoseph vue du bâteau
En bateau: oh Bonne Mère, que c'est près çà!

Et puis les boutiques bien sûr, pour des montagnardes, c'est Byzance Marseille! Les décos, baraques à santons, fête foraine... sont en cours d'installation ce qui crée une joyeuse chienlit au centre ville. Mais c'est très bon enfant hein! S'il n'y avait eu tous ces cars de CRS garés un peu partout, appelés en renfort suite aux exactions commises par les algériens 2 jours avant pour fêter leur victoire au foot contre l'Égypte: des bateaux de pêche brûlés dans le port, des vitrines brisées, des voitures renversées... et là je me pose la question: des français vivent en Algérie: que se passerait-il si à chaque victoire de la France nos ressortissants faisaient de même à Alger? Incident diplomatique (et plus) garanti!

les goudes les rochers2
En attendant le bus retour (Les Goudes).

les goudes rochers en surplomb1
Les mêmes mais zoomés.

Voilà, ces 2 photos sont ce qui vous attend si vous partez en randonnée pour "faire" les calanques. Comme je vous disais c'est sec. Mais qu'est ce que c'est beau!

Et je finirai sur une note joyeuse: ma fille commence à aimer, que dis-je, adorer Marseille:).

 
AB asignat doré

06/09/2009

C'est dimanche!!!!

Je vous offre une vue de la rivière qui passe là tout près de chez moi. En fait si je vais m'y baigner, c'est par là que je descends. L'eau est trés fraîche même en plein été mais c'est aussi un cours d'eau sans pollution.

 
buech2

 
A partir de là, je remonte un peu et je trouve une petite plage de cailloux blancs. Les enfants y ont fait une retenue et on a de l'eau jusqu'à la taille. Il faut oser mais quand on le fait (et je suis courageuse:o) quelle récompense!

 
A1champsaur

 
Ici, une petite vue du Champsaur, il est là, juste derrière moi tandis que j'écris. Et il faut en profiter parce que bientôt il se couvrira de neige... et sera tout aussi beau!

 
papillon dans jardin aspres

 
Encore un dernier petit tour avec ce papillon, une photo prise dans mon jardin au mois de juillet, pour quand même garder un petit regret de ce bel été!

 
Voilà, pour dire adieu à la saison! Que diable, on est en septembre, il faut passer à autre chose. Nos amis belges ont été gâtés cette année, j'en suis ravie. Pour nous, comme presque tous les ans, ce fut grand bleu et sècheresse.


Allons, tournons la page! Bon dimanche à tous et vive la rentrée!!!

 
Copie de imagemagic

03/09/2009

Carcassonne: loisir avant tout!

carca1

 
Je possède une maison pas loin de Carcassonne que je mets en vente ce qui m'oblige bien sûr à y retourner. Je suis allée là y faire un petit tour, pour voir son état général, y a-t-il des travaux à prévoir? Rencontrer le Notaire qui s'occupera de la transaction et contacter une bonne agence (oui, oui çà existe encore!) qui va nous trouver le client idéal.

 
carca2 maison

 
Je ne suis pas pressée et sans doute, la vente prendra du temps: je compte sur une reprise du marché immo pour en tirer un bon prix!

 
carca3maison

 
Et bien sûr j'ai fait un saut dans la Cité de Carcassonne et que celui qui ne connaît pas inscrive l'éventualité de la découverte dans ses prévisions de vacances prochaines. C'est une ville de l'Aude chargée de passé (comme toute la région, avec ses vestiges cathares) qui s'est largement développée autour de la Cité d'origine et très agréable à vivre! Il faut absolument assister une fois dans sa vie pour le 14 juillet à l'embrasement de la Cité: c'est grandiose!  Bon! Je n'ai pas de photos de cet évènement mais je vous mets là dame Carcas (c'est elle qui sonne!)

 
carca4 carcas

 
La Basilique Saint-Nazaire est elle aussi incontournable, catholique ou pas, pratiquant ou pas. Elle est là, au coeur de la Cité et franchir sa porte est un bonheur des yeux.

 
carca4 basil

 
Il ne faut pas voir dans la Cité de Carcassonne un beau monument sans âme: la Cité médiévale vit, avec des 100taines de visiteurs tous les jours, en toutes saisons, ses boutiques, ses hôtels, ses restaurants et aussi ses habitants.
Bien sùr, en été, des spectacles sont organisés qui viennent ajouter un petit plus pour les touristes mais la Cité se suffit largement à elle-même pour être vue et aimée.

 
carca5 porte d'aude

 
Évidemment, quand on est touriste on ne peut se passer du traditionnel Cassoulet servi dans sa cassole. En plein été, mieux vaut attendre le repas du soir: le plat est assez lourd, avec ses morceaux de confit, sa charcuterie et surtout sa graisse, d'oie ou de canard suivant les goûts de chacun.
Mais comme j'étais là lundi j'ai eu la surprise de voir que justement on fêtait le cassoulet à Carcassonne et à Castelnaudary qui est, rendons à César, la capitale de ce plat. Ma voisine m'a invitée à le déguster en famille.

 
carca6 cass

 
Mais visiter la Cité est assez périlleux pour vous garantir une bonne digestion. Et les soirées y sont agréables.

 
carca8 vue

 
carca9vue

 
carca10 vue

 
Carca11vue

 
Mais ce lieu magique n'est pas le seul endroit à m'attirer et le canal du Midi est là à me tendre les bras. D'autant que le village du Somail, avec son port et son pont,  a un charme fou:

 
carca12som

 
Je vous recommande le petit café au bord de l'eau pour assister au croisement des péniches à l'écluse sous la terrasse ombragée de beaux platanes..
Une librairie de livres anciens offre un très vaste choix  dans une salle-bibliothèque très originale. 

 
carca13som

 
Et puis, parce le vent soufflait, en fin de journée  (comme souvent dans le sud-ouest) j'ai  quitté un peu les Cathares et visité un site archéologique (et il y en a plusieurs dans la région), le Gouffre de Cabrespine, classé 4* et il le vaut bien:

 
carca14cab

 
carca15cab

 
carca16cab

 
Les images parlent d'elles-mêmes et heureusement car je ne saurais vous dépeindre la splendeur de ces salles naturelles. Je le connais depuis longtemps ce gouffre mais il y fait  bon et il vaut vraiment le coup d'œil...

 
carca17cab

 
Mais on ne va pas se quitter sans que je vous aie montré mon village préféré dans cette région de vents: Minerve!

 
carca19minerve

 
Il est, à ma connaissance, unique au monde. Les douves que vous voyez en font le tour complet et la seule route d'accès est-ce petit pont. Ce n'est plus le cas à présent mais à une époque, on y voyait des sangliers en liberté. Des touristes en ont eu peur malgré leur tranquillité et on a dû les chasser!

 
carca 18 minerve

 
Si je dois y retourner, je vous en montrerai un peu plus!

 
Copie de imagemagic

17/08/2009

Petite enfance. Extrait de journal perso.

AA1 au marché

 

Lorsque j'étais petite fille et d'ailleurs encore maintenant, j'adorais aller au marché. Alors l'été, maman nous réveillait tôt ma sœur et moi, nous déjeunions d'un délicieux pain perdu puis nous partions à la fraîche car, disait maman, les bons produits ne nous attendront pas sur l'étal! Et il fallait voir un marché en Provence dans les années 50!

 
Bien sûr nous passions prendre les légumes pour la ratatouille et le pistou,  le poisson frais (ah! Les petits rougets à griller, les sardines encore frétillantes...!), mais aussi les tripes pour préparer les pieds-paquets! Qui ne connaît pas nos pieds-paquets de Provence n'a jamais rien goûté! Je ne pourrais pas vous en donner la recette, je ne la connais pas et les tripiers se sont faits très rares de nos jours: j'achète les inégalables pieds-paquets de Sisteron en bocaux de verre, ils sont fameux dans toute la France... et même ailleurs! Mais en ce temps-là, c'est maman qui s'y mettait: des heures de travail!

 
Vous l'aurez compris, les marchés étaient très colorés et très vivants mais ils avaient cette spécificité: les vendeurs de brousses du Rove, un fromage unique, qui a sa propre recette de bergers faisant  paître leurs chèvres dans ces collines arides du quartier du Rove entre l'Estaque et Martigues. Les marchands, soufflaient dans leur cornet de cuivre pour rameuter les clients et hurlaient comme seuls les marseillais savent le faire: aaaah qu'elle est belleee ma brousse madameee, elle est belle, elle est fraîèèche » et c'était vrai qu'elle était fraîche et savoureuse. J'en mange encore aujourd'hui mais elle est moins parfumée, sans doute parce que les chèvres broutent une herbe toujours aussi rare mais sans doute bien plus polluée. 

Les glaciers fonctionnaient sur le même principe avec leur vélo à 3 roues. Je ne parle pas là de glaces en cornets mais de pains de glace à rafraîchir pour nos glacières. Nous avions aussi les pognes, du Rove encore, les seules, les vraies: brioches rondes parfumées à la fleur d'oranger. Et bien d'autres spécialités que je vous vante ici et là sur ce blog.

 
Puis nous déposions nos paniers dans un café, nous buvions une orangeade et, pour  me faire plaisir, maman nous emmenait sur la place de La Plaine faire un tour de manège: horreur! J'avais peur, j'étais malade et qui plus est, timide comme on en fait peu, je n'aurais jamais osé attraper le pompon qui vous donnait droit à un tour gratuit. La dame du manège qui me trouvait bien mignonne et voyant maman, semaine après semaine, m'expliquer comment tirer sur le pompon que pourtant on me fichait sous le nez pour qu'il n'y ait pas de malentendu: il était bien pour moi ce fameux tour en plus, m'offrait malgré tout le ticket-sésame et c'était parti pour un autre moment de cauchemar.

 
Mais jamais au grand jamais je n'aurais avoué, craignant de faire du chagrin à maman, que j'aurais donné tous les tours de manège du monde pour au moins une fois prendre le tramway 68 qui, venant d'Aubagne,  passait sous la place de La Plaine en zigzags et chaos dans un long tunnel (pensais-je alors), et nous amenait à la gare de l'Est à deux pas de la célèbre Canebière.

 
AA1 au marché 2
 
  
Copie de imagemagic

15/08/2009

Lectures d'été: Yeux jaunes et valse lente!

A la veille de son troisième mois de vie, hier, ce blog enregistrait son 20 000ième visiteur. Un petit lieu créé pour me donner meilleure latitude de diversifier mes posts, aller un peu plus loin que dans 4 mains dans la connaissance de mes amis blogueurs et me faire mieux connaitre aussi de vous.

Je vous remercie d'être fidèle dans votre sympathie et de me donner, au fil des jours, de plus en plus de joie dans l'élaboration de cet espace!

A1-1-A yeux jaunes  A1-1-A valse-lente-des-tortues

 

Pour changer un peu de registre j'ai eu envie, puisque les beaux jours sont encore bien présents, de vous suggérer une lecture, celle de mes vacances. C'est très bien çà pour l'été, pas casse-tête pour un sou mais beaucoup d'évènements, une écriture moderne et ludique comme sait si bien nous en concocter Katherine Pancol!

 
Les yeux jaunes des crocodiles!

 
Deux sœurs que tout sépare: l'une, Iris, très (trop)sûre d'elle qui attire tous les regards et ne vit que pour l'argent et l'autre, Joséphine au grand coeur  qui elle, manque totalement d'assurance. La première a en apparence tout pour être la femme la plus heureuse sur terre et la seconde se débat avec des problèmes en tous genres : de couple, d'argent, etc.... L'histoire commence d'ailleurs par une pensée fugace de la part de Joséphine qui a envie de se laisser mourir. Et pourtant...


Leur petit monde, est décrit et les personnages dépeints  parfois de manière une peu caricaturale, stéréotypée ; on devine comment les personnages vont tourner, mais on ne peut s'empêcher de s'attacher à eux quand même, aussi improbables soient-ils (comme la bonne copine qui n'est autre que...). Je soupçonne l'auteur d'avoir vécu un divorce parce que personne dans son histoire n'y échappe. C'en est d'ailleurs déprimant au début. On est témoin d'une transformation tout au long de l'histoire, celle du personnage principal, Joséphine. Cette transformation paraît un peu irréaliste mais Jo est si attachante qu'on se laisse prendre à avoir envie de savoir la suite!
 

La valse lente des tortues !

 

Depuis les Yeux jaunes des crocodiles la vie de Jo a bien changé : passée de l'appart de banlieue à un triplex dans Paris, l'auteure désormais reconnue n'a plus de soucis d'argent, mais vit au milieu de voisins très suspects. Sa relation avec Luca bat de l'aile, et les liens avec son beau-frère Philippe se font de plus en plus forts. En arrière-plan : une série de meurtres, des suspects qui défilent et un mari qui revient...
  
Cette suite nous emporte dans un tourbillon : la vie passionnée de Jo ! Et nous, on fonce !
La valse lente... dresse le portrait de  femmes libres et parfois malheureuses, qui essaient de mener de front carrière, famille, réussite sociale. Un peu comme nous, en somme.

 
Rien de tel pour décrocher de son quotidien. Sitôt ouvert, on se laisse emporter par cette histoire (rocambolesque, reconnaissons-le) et on ne peut plus s'arrêter de bouquiner ! Les vacances étaient les bienvenues pour s'accorder le bonheur de lire ces 2 gros pavés mais l'histoire est facile à lire et on dévore très vite!

 

CRITIQUE: 4,5/5.

 

Les personnages sont extrêmement attachants et le récit réserve son lot de surprises et d'émotions. Aucun n'a l'outrecuidance d'être parfait, chacun est tourmenté par une blessure, un secret, un caractère qui se croit faible mais révèle des trésors d'imagination et d'amour. Les réflexions sur le sens de l'existence de l'héroïne parlent à chacun de nous. L'humour et l'autodérision arrachent des sourires à chaque page. On aimerait tant qu'il y ait une suite!
 

Remarque: ces 2 livres se trouvent dans la Collection Livre de Poche, ce qui n'est pas négligeable!

 
Copie de imagemagic

12/08/2009

Un dimanche à la montagne.

Pour midi, une petite halte dans le courant du Buëch tout prés de la maison parce qu'en partant si tard forcément on ne peut pas aller bien loin sans avoir faim.

 
1 dej les pieds dans le buech

 
Il faut partir d'un petit village sans grand charme pour atteindre les falaises de Ceüze, un très beau but de promenade.

 
2ceüze la falaise

 
3ceûze la falaise

 
Avec des rencontres intéressantes: oui, ici nous sommes au pays de la marmotte et si quand vous visitez nos montagnes vous n'en croisez pas,  c'est sans doute parce que votre pas est trop lourd! Mais elles ne sont pas farouches.

 
4ceuze marmotte

 
Le décor est très changeant au fil des heures: pour les novices, c'est parfois redoutable.

 
5ceuze
 
6ceÜZE falaise
 
Le ciel se couvre de gros nuages lourds qui ne veulent pas dire grand-chose, le soleil est bien vite de retour, ciel au bleu très pur qui permet d'apercevoir la cascade, bien chiche en cette saison! C'est l'une des voies d'escalade les plus prisées.Il faut que je vous précise que ces voies portent de très jolies noms, certaines tirées de chansons de Gainsbourg!

 
7falaise ceüse la cascade
 

Avec cet œil qui vous montre la vallée et que les grimpeurs franchissent cul par-dessus tête!

 
8escalade à ceüze des courageux
 
Je vous avais prévenus, les nuages viennent vite! Mais ceux-ci ne sont pas méchants, ils ne font que passer et filent vers Gap arroser les citadins.

 
9 CeuzeNuagestemps changeant-
 
Tandis que nous aurons droit à l'un de ces couchers de soleil fabuleux: tout s'embrase en un instant à saisir très vite!

 
9cascade-coucher-soleil
 
Car sa majesté nous quittera bien vite et nous laissera un peu frileux devant  ces paysages et... un gros orage qui se fait entendre au loin! Et celui-la, il sera bien pour nous!

 
11ceüze en fin de journée
 
 
Copie de imagemagic

09/08/2009

C'est dimanche!

Et quoi de mieux à faire aujourd'hui que grimper un peu dans la montagne, trouver de l'herbe tendre et illustrer l'expression "Avoir les orteils en bouquet de violettes"?

Et puis lire un peu, somnoler beaucoup, entendre chuchoter la nature et redescendre au soir couchant, l'âme à nu et le coeur léger, revivifié par la fraîcheur ,relative quand même, des hauteurs.

 
alpe1113

 
Je vous souhaite à tous un trés beau dimanche!

 
Copie de imagemagic

07/08/2009

Ma Provence: le vrai Pan Bagnat Niçois.

A1pan bagnat le vrai

 

N'ayons pas peur des mots, le pan bagnat est à Nice ce que la Tour Eiffel est à Paris, le Colisée à Rome, la Juventus à Turin, la sieste aux Corses, la bière à l'Irlande et à la Belgique, les All Blacks à la Nouvelle Zélande ou la sardine qui a bouché le port à Marseille!

Alors je ne vais pas vous raconter de salades (vous avez remarqué la finesse du propos) et vous servir la recette telle que donnée par tous les niçois eux-mêmes.
 

 Mais avant un peu d'histoire:


Le Pan Bagnat fut inventé au temps où Nice s'appelait "Nikaia" (de "Victoire"). La mère du jeune Pan, berger de son état, le prépara pour son fils, l'enveloppa joliment d'un torchon en lin, non pas à carreaux mais décoré du blason de l'O.G.C.Nice, puis Pan partit passer la journée à garder les moutons au Mont-Boron et s'ébattre gaiement avec ses pôtes vêtus comme lui de jupettes plissées et jouant de la flûte du même nom (Pan,pour ceux qui ont des difficultés à suivre).


A l'heure de la "merenda" ("casse-croûte" en nissart), il se reposa à l'ombre d'un pin parasol et, trouvant son sandwich un peu sec, l'arrosa d'un filet d'huile d'olive tirée d'une mini amphore qu'il portait toujours à la ceinture ainsi que son couteau suisse (déjà à l'époque...!): le pan "baigné" venait de naître.
 

Pour faire un vrai pan bagnat, il vous faut :

* Un petit pain de campagne de 100 g, par personne, légèrement aplati (ouverture moyenne d'une mâchoire). A Nice vous les trouvez partout. Ailleurs, il vous faudra le commander. Le pain doit être d'abord ouvert, légèrement creusé puis refermé, il est l'ancêtre du Tupperware (hé oui, quoi, il n'a rien inventé le père Tupperware!

 

 

 * Une salade niçoise préparée avec des légumes crus, originairement issus du modeste jardin familial. De nos jours le marché local fera l'affaire mais assurez-vous que tout est bien frais, bannissez surtout la salade en sachet déjà lavée, peut être même javellisée et dépourvue en tous cas de toute saveur!

 

 

 * un filet de très bon vinaigre.

 

Et voila donc la chose telle que décrite sur un torchon par exemple,acheté à Nice et qui vous dira tout mieux et plus joliment que moi:

 
A2pan bagnat

 
Vous aurez compris qu'il s'agit d'enfourner votre salade préparée dans les rêgles de l'Art dans le pain rond.

Perso je ne peux me passer des œufs durs et comme notre berger, le filet d'huile d'olive me parait indispensable pour ne pas s'étouffer! Par contre, saler n'est pas nécessaire si vous avez préparé la recette avec des anchois. Les févettes, vous faites comme vous voulez mais çà n'a pas de goût çà!!! Et puis, n'oubliez pas le petit rosé de Provence bien frais et consommez rapidement après préparation, assis n'importe où confortablement mais à l'ombre pour vous octroyer ensuite l'un de ces pénéqués* comme on a le secret dans le Midi.

 * pénéqué: sieste provençale, avec cigales si possible!

 
Copie de imagemagic

05/08/2009

GAP, ma ville!

Jai envie de vous parler de la ville qui me voit le plus souvent: c'est là que je fais mes courses, je fréquente son marché, ses boutiques, ses cinémas et théatres... bref! j'y vis.

 
Le samedi est jour de marché

 
a gap marché samedi3

Il y a tout ce que vous pouvez souhaiter sous ces tentes!

 
a gap marché samedi2

 
a gap marché samedi

 Essentiellement des produits de nos paysans locaux vous l'aurez compris!

 
gap centre2

Et pendant ce temps le centre-ville est bien triste!Mais c'est rarement comme çà hein! Généralement on se bouscule dans la rue Carnot:)!

 
gap centre

Comme vous pouvez voir, c'est assez coloré: une ville moyenne en pleine montagne.

 
gap salon de thé

C'est là que je prends mon thé l'aprés-midi, le salon de thé à la tente bordeaux. Les pâtisseries y sont savoureuses et je ne vous parle pas des chocolats que les amis belges appellent plutôt les pralines.

 
a gap marché samedi6

Tout prés de ce coin charmant!

 
a gap marché samedi6 hlm

Un petit tour aux HLM locaux: pas mal non?

 
a gap marché samedi4

Gap sur la route du retour. Les photos ne lui rendent pas justice à ce Bassin Gapençais: c'est beau à couper le souffle quand on le voit dans son ensemble. Les montagnes dessinent un cirque autour de la ville, comme un écrin.

Alors je vous poste là quelques images du coin.

 
a gap marché samedi5

En plus le fait de réduire au maximum les poids et taille n'arrange pas la clarté des clichés.

 
a gap marché samedi7 autour

Mais il y a des merveilles à découvrir simplement en se garant sur la nationale, et en faisant quelques pas, quitte à s'aventurer parfois dans le courant glacé!

 
en allant vers

Celle-ci est prise directement de la bande d'arrêt d'urgence! ouille! les cruchaults (c'est ainsi que j'appelle les gendarmes, référence aux gendarmes de St. Tropez. C'est le nom de Galabru dans le film).

 
GAP

Le ciel est magnifique et vous voyez là-bas Gap dans la cuvette! Il y fait froid l'hiver!

 
corréo sur route de gap

Et enfin Corréo et le lac que nous appelons la mare tant il manque d'eau l'été!

 
J'espère que vous aurez apprécié de me suivre dans ce qui fait somme toute partie de mon quotidien. Nays, maintenant tu sauras où je suis quand je dis que je vais à Gap!

 
On se retrouve demain pour un autre sujet, une nouvelle papote:)!

 
Copie de imagemagic

01/08/2009

Ma Provence: le Tian de légumes du soleil.

A1Atian soleil

 
Une recette simple et rapide à préparer de préférence avec les légumes du jardin, c'est la pleine saison.

Ingrédients:

* 4 gousses d'Ail,
* 1 kg d'Aubergine,
* 1 kg de Courgette,
* Huile d'olive,
* 2 Oignon,
* 1 bouquet de Romarin,
* 1 bouquet de Thym,
* 1 kg de Tomate.

Facultatif:

*  fromage de chèvre frais ou brousse du Rove si vous en trouvez,
* encore un peu d'ail et de basilic.

Préparation:

* Mettre le four à préchauffer (th.7-220°C).
* Laver les légumes.
* Couper les tomates, les courgettes et les aubergines en rondelles épaisses.
* Éplucher l'ail et les oignons.
* Hacher l'ail en réservant une gousse pour la suite de la recette et émincer les oignons.
* Faire chauffer de l'huile d'olive dans une poêle et  faire légèrement fondre  les oignons.
*  Frotter, avec une gousse d'ail, un grand plat en terre cuite (le TIAN) et remplir son fond d'oignons cuits.
* Disposer verticalement, dans toute la largeur du plat, les rondelles de légumes en intercalant courgettes, tomates et aubergines. N'hésitez pas à serrer fortement les légumes qui vont réduire en perdant leur jus.
* Arroser le tout d'un filet d'huile d'olive mêlé d'ail haché et de thym et de romarin.
* Faire cuire 45 min à 220°C (th. 7).

Mes petits trucs:

* J'intercale entre les légumes une couche de fromage de chèvre frais ou de la brousse que j'écrase dans un saladier avec de l'ail et du basilic ciselé. C'est délicieux et encore plus frais (voir photo).

* Ce tian suffit pour un soir d'été servi avec une salade à l'huile d'olive et au citron mais peut agréablement accompagner viandes grillées ou poissons au barbecue. En Provence on le sert avec tout, y compris une simple tranche de jambon, cru idéalement, une omelette et autres...

* Je sers un Bergerac rouge ou un Cahors mais un Bandol rosé fait très bien l'affaire et pour un repas de tous les jours, simplement le vin de la carafe!

28/07/2009

Au fil du courant!

Finalement j'ai assez de matière pour vous faire un petit topo. Il s'agira de la descente de la Dordogne en canoë et canoë kayak surtout puisque le plus gros de notre séjour s'est déroulé sur l'eau. J'ai choisi des photos hors personnages remarquez-vous???

 
Voici d'abord le jardin devant la maison...

1Adordogne jardin devant

 

Puis derrière, un pré en fait. Le devant est abrité par un gros tilleul qui fait de l'ombre toute la journée pour manger, lire, lieu de vie par excellence en été!

l1Adordigne jardin l'arrière

 
La photo du départ de Copeyre, l'embarcadère, a été postée hier. Nous voici maintenant dans le courant.

1A dordogne à gageac

 
Nous nous laissons porter. Les enfants ont des kayaks, trés maniables. Mais trés vite Lili qui est un peu capricieuse, va casser le rythme. Au long du parcours, elle "essaiera" les 5 embarcations. Finalement à l'arrivée, elle sera dans le canoë de son père et mon gendre, le kayak attaché à l'arrière flottant à la va-comme-je-te -pousse:)!
 

Ici le Château de Castelnaud que nous pourrons revoir en petit train mais pas aussi beau: là il est pris dans le couchant et la brume montant de la rivière.

1A dordogne chateau de castelnaud

 
1A ne vous y fiez pas

Elle parâit calme hein? Ne vous y fiez pas: nous avons eu pas mal de rapides mais pas question de prendre des photos, cramponnons-nous pour ne pas nous mettre en vrille. Il s'agit là de souquer ferme!!!

 
 
1A dordogne villamblard

Ici, nous étions dominés par Villamblard. Les enfants auraient voulu que le canon nous salue au passage mais nous n'avons pas osé demander:)!

 
1A une gabare sur la dordogne

Et là, une gabare chargée de touristes nous précède. Nous la doublerons et les passagers nous feront une ovation surtout destinée aux enfants.
 

 
1Adordogne habitat troglodyte

Et je termine sur cet habitat troglodyte que nous avons beaucoup aimé. La photo est mal prise, on ne voit pas grand chose mais pas évident quand on est en mouvement, mon fils a bien demandé à la Dordogne de s'arrêter de couler mais elle est trés indisciplinée.;) Et puis, la distance aussi...

 
Allons, on ne va pas se quitter sans que je vous montre une petite image de pause sur une plagette. Là, Lili n'est plus fatiguée, elle barbotte avec sa cousine Mathilde avec plaisir. Nous les "grands" (Antoine compris)  nous sommes à l'ombre mais nous nous sommes tous baignés souvent.

A1dordogne

 
La promenade vous a plue? Alors lancez-vous! C'est à la portée de tous, trés facile. La Dordogne à partir de juillet n'est que rarement profonde. Peut être l'an prochain????

 
Copie de imagemagic

18/07/2009

BONNES VACANCES!

Je suis en vacances depuis dimanche dernier et j'avais pensé planifier pour les 15 jours où je serai absente mais poster relève du parcours du combattant. Je ne reviendrai donc pas en deuxième semaine comme dirait Jean pierre Foucault:)! En espérant que tout rentrera dans l'ordre pendant mon absence.

Je vous laisse avec une belle table bien de chez moi et vous retrouve à partir du 28 juillet!
 

 
1N

08:00 Écrit par Mireille dans Général | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : bonnes vacances, provence, midi, sud, soleil, a bientot |  Facebook |

15/07/2009

ELLE: Exercice d'atelier.

Exercice d’atelier encore mais il s’agit d’un texte plus ancien. Par contre je crois bien l'avoir posté sur 4 mains déjà, je ne sais plus.
En tous cas il s’agit de la phrase cachée, si le cœur vous en dit donnez-vous donc la peine de la chercher? Peut-être un changement de style, ou une incongruité dans la logique du récit vous mettront-ils sur la piste! Personnellement j’ai eu du mal à la retrouver après tout ce temps:) ! Comme vous voyez, encore autre chose, un autre style plus sentimental, l’humour là n’a pas sa place mais je m’y retrouve aussi, je ne renie pas ce côté en moi.

 

ELLE2


Ce n'est pas une légende mais une histoire vraie.

ELLE avait 17 ans lorsque son père, riche commerçant du Nord-Cameroun, la maria à LUI: pour une jeune fille de cette famille, de ce milieu, ce n'était pas trés jeune. Et ELLE se plia sans mot-dire au désir de cet homme qui la chérissait depuis qu'elle avait ouvert ses grands yeux sur le monde.

Aussi fut-elle stupéfaite au soir de ses noces, de découvrir celui à qui son père l'avait  -pensa-t'elle alors-  vendue.

LUI n'était pas, à proprement parler, un homme laid. Grand commerçant Bamiléké il avait, comme beaucoup d'hommes de cette ethnie, cette silhouette râblée, un peu courte, le visage lunaire, les cheveux déjà rares et un peu grisonnants. C'est du moins ce que vit ELLE. Elle ne remarqua pas ses grands yeux un peu tristes, le pli généreux de sa bouche au timide sourire... Non, rien vraiment ne la toucha en lui.

Alors, lorsqu'il l'approcha oh! pour un chaste baiser pourtant, il ne souhaitait pas l'effaroucher, elle le repoussa avec violence et, par la porte-fenêtre ouverte sur la nuit, s'enfuit dans le jardin vers cette charmante gloriette  -mais elle ne savait pas-  qu'il avait fait aménager pour elle. Elle y passa le reste de la nuit: elle savait bien pourtant que le mariage devait être consommé. mais, faisant un pas pour rentrer parfois, elle revoyait cet homme qui lui était apparu si repoussant et ses jambes ne suivaient pas. Elle finit par s'endormir là, sur les coussins dorés de la balancelle bercée doucement par une brise légère.

LUI ne l'avait pas suivie: il comprenait son émoi. Elle a 17 ans, se disait-il. Elle ne sait rien de l'amour, de la vie. Ai-je le droit? Avons-nous le droit?
Il connaissait déjà sa grâce, sa beauté; il l'avait vue grandir, entourée des soins de son père qui la vénérait et des 3 épouses qui l'avaient prise en charge au départ de sa mère. Son père n'avait pas voulu d'autre enfant. Ses épouses n'auraient qu'un seul rôle auquel elles s'étaient strictement tenues, élever et chérir cette unique enfant; et comment ne pas aimer la tendre biche qui leur était confiée!

C'étaient ces pensées-là que LUI remuait dans sa tête tout en s'apprêtant, comme à l'accoutumée, à partir travailler.

Le soir, lorsqu'il rentra au palais, il trouva ELLE installée dans son boudoir prés d'une lampe. Elle brodait à petits points une minuscule pièce de lingerie. Il s'approcha doucement, s'assit en face d'elle, vit sa rougeur monter par plaques de sa gorge vers son cou gracile puis se répandre sur son visage grisé par l'émotion. Il prit ses 2 mains rapprochées dont il ôta la broderie, il porta à ses lèvres les doigts palpitants posés là dans ses mains en coupe à lui tels de fragiles oisillons. Alors ELLE osa lever les yeux vers lui. Elle vit ce regard infiniment doux, infiniment aimant posé sur elle, et elle pleura. Elle pleura longtemps et lui la tint là, tendrement, buvant à petits coups le sel de son visage, apaisant de tout son amour ses peurs et son chagrin.
 

Le coeur gonflé d'amour, ELLE s'étira au chant des oiseaux. Pour qu'elle profite de cette douceur matinale avant la grosse chaleur du jour, LUI avait ouvert avant de partir les grandes baies vitrées donnant sur le parc. Le bruissement de la fontaine finit de la réveiller. Un plateau chargé d'une théière brûlante et de douceurs l'attendait orné d'un vase de cristal d'où émergeaient 5 magnifiques roses rouges. Elle y trouva également un bristol: "Dors tranquille mon amour, je ne serai jamais qu'à toi", avait-il écrit d'un tracé large et élégant.

Quand la servante vint l'habiller, elle prévint ELLE que Monsieur ne rentrerait pas de plusieurs jours: "Oh! il faut s'habituer allez, c'est souvent comme çà. Ils aiment les jeunettes mais retournent toujours vers la 1° épouse", fit-elle détachée.
Le coeur de ELLE se liquéfia:

- Mais où vit-elle, cette femme? balbutia-t'elle.

- Là-bas vers Biltine, bien loin plus au Nord, dit la servante en se retirant trés vite.

Que pensa ELLE? Que fit-elle durant ces 3 longs jours à ne voir personne, même pas son père, son cher vieux père qui l'aimait tant et l'avait pourtant trompée?

Elle pleura beaucoup. Elle espéra.

Au bout de ces 3 jours de longue attente, désespérée de ne pas le voir revenir, elle partit à sa recherche à travers les déserts brûlants. Cheveux au vent, pieds nus, vêtue seulement d'une longue robe claire qui lui faisait une allure de mirage, elle partit. Sans rien d'autre que son désespoir, son chagrin, son immense détresse, elle partit.
 

LUI revint au 4° jour: il était heureux. ELLE etait désormais sa seule, son Unique épouse! Répudiée cette femme épousée par la volonté de son père! Il se voulait libre pour ELLE, amoureux d'ELLE, aux pieds d'ELLE.
 

On ne la revit jamais. Il ne sortit plus. Ses cheveux avaient blanchi dans la nuit même suivant son retour. Sans goût à rien, il errait: plus de travail, plus d'amis, plus rien ne comptait pour LUI que cette minuscule pièce de lingerie brodée par ELLE.

 
Copie de imagemagic

12/07/2009

C'est dimanche!!!!

Ce blog a 2 mois et je m'étais dit que je ne posterais pas le dimanche mais j'ai toujours quelque chose à dire! Alors bon, je vais reprendre les choses en main et vous faire juste un petit signe avec cette montgolfière qui prouvera à notre amie Nays que quand je dis que je vais faire mes emplettes à Gap, il s'agit bien de la ville et non d'un magasin de la chaîne bien connueRigolant!

 
Alors ...

Gap03

 
Copie de imagemagic

08:00 Écrit par Mireille dans Général | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : soleil, gap, ville de gap, ete, dimanche, bon dimanche |  Facebook |

29/06/2009

Les vacances. Extrait de mon Journal Perso.

chateau gombert
Collines de Château Gombert.

 
Je vous l'ai dit déjà, enfant je vivais dans la campagne en périphérie de Marseille. Pour vous donner une idée du lieu, si vous avez vu le château de ma mère et la suite de Pagnol, vous avez là un aperçu : Pour lui, les collines étaient le Garlaban, pour moi, celles de Château Gombert, mais toujours le Massif de l'Etoile et pas moins belles, pas moins pleines de sentiers aux senteurs Provence garantis où nous nous ébattions l'été venu avec un bonheur tous les ans renouvelé. Nous prenions garde, et nos parents ne cessaient de nous le rappeler, à ne jamais faire de feu dans ces lieux sacrés mais très secs où tous les ans des incendies, criminels ou pas, se déclaraient. C'est d'ailleurs toujours le cas aujourd'hui.

Nous faisions la cueillette de baies à confiture, ma préférée étant celle de mûres de ronces. Équipés de crochets de notre fabrication, nous nous arc-boutions pour attraper les plus éloignées qui, c'est bien connu, sont toujours plus belles, plus grosses. Et nous rentrions la bouche violette d'y avoir goûté,l es mains et les bras en sang. Maman n'avait pas le droit d'attendre: vite, nous l'aidions à laver à la fontaine notre énorme provision et hop! Au feu. Nous salivions devant le chaudron parfumé et nous adorions quand elle nous proposait à tous un bol brûlant de la préparation pour "vérifier" la cuisson:)!

Mais ce que j'aimais par-dessus tout c'est, après l'un de ces orages d'été qui nous laissait tremblants de peur, dans la quasi obscurité en plein après-midi, sortir dés les dernières gouttes pour ramasser les limaçons.
Çà n'a plus trop court de nos jours: il s'agit de ces petits escargots, blancs à marrons en passant par le beige, aux rayures en spirales, qui s'accrochent en grappes aux tiges montées des fenouils sauvages dont ils se gorgent de la saveur anisée. Nous avions nos coins, pas la moindre petite tige de fenouil ne nous échappait! Nous  prenions les plus gros  et veillions à en laisser toujours suffisamment pour assurer la relève, écolos avant la lettre que nous étions!
Nous les transportions dans des paniers à salade de l'époque, tapissés d'un torchon pour éviter l'évasion.
 
Maman les laissait dégorger 2 ou 3 jours dans des cages grillagées puis elle les préparait à l'aïgue sau, littéralement eau salée. Il s'agit en fait d'un bouillon  bien salé et poivré agrémenté de fenouil bien sûr, bouquet garni, ail et oignons, blanc de  poireau  et petits bâtonnets de carottes mais surtout d'une peau d'orange entière gardée et séchée de l'hiver. Je ne vous en dis pas plus, il est impensable que quelqu'un  envisage de nos jours de préparer ce délice que les grands dégustaient à l'apéritif avec un pastis bien frais pris sous un énorme chêne mais que nous enfants, nous mangions dans des bols, assis sur le pas de la porte, en tirant les limaçons de leurs coquilles avec une aiguille à coudre: un régal!

Et d'ailleurs puisqu'on en parle, je me souviens sur les marchés, les vendeuses de ces délicieuses petites bêtes, leur chaudron rempli, les cornets de papier gris déjà roulés et criant pour attirer le client: « à l'aïgue sau les limaçouns y'en a des graüs et des pitchouns »! Vous aurez compris à l'eau salé les limaçons, il y en a des gros et des petits, mais c'est moins chantant n'est-ce pas dit comme çà?

 
aigue sau
L'aïgue sau!

 
Copie de imagemagic

28/06/2009

V'là le dimanche!

On est dans le Midi là hein, le dimanche surtout en été, pas de place pour autre chose que les loisirs, comme tous les autres jours disons-le. Alors je vais profiter de ma journée de farniente et de beau temps et vous laisser savourer cette célèbre réplique... mais non je ne vous le dis pas, je vous laisse avec Raimu et ses amis qui vont tout vous expliquer!

Mais ne croyez pas hein, même ici dans le sud, ce n'est pas le grand beau tous les jours, le bleu et le rose, çà ce sont les brochures touristiques qui vous le disent mais on a un été exceptionnel là! Je veux dire par là qu'aujourd'hui il fait trop chaud, demain le vent se lêve et va nous pourrir la vie pendant minimum 3 jours, parce que le Mistral ce n'est pas rien, puis il fait beau mais vers les 16h sans crier  gare paf! des grêlons sur la binette et croyez-moi, quand vous êtes en train de bronzer çà surprend (et çà fait mal aussi), bref... été pourri, comme vous! peut-être allons! un peu plus chaud c'est vrai:)!

Je ne vais pas me plaindre, je n'aime pas la chaleur, c'est pour çà que je déménage si souvent, je monte, je monte... pour chercher un peu de fraîcheur. Là je suis dans les montagnes mais je sens que dans pas longtemps je vais en redescendre mais côté opposé voyez? genre plat pays, vers le Ch'nord!!! En sachant quand même que pour nous, gens du sud, le nord commence au-dessus de Valence, eh oui! Lyon, tout çà, c'est déjà haut.

Bon, j'arrête de blablater et je vous la mets ma vidéounette.

Je vous souhaite un... beau dimanche!!!!!

 

 

 
Copie de imagemagic

26/06/2009

Un dimanche de détente!

Vous l'aurez compris j'ai moins de temps en ce moment pour les posts, beau temps oblige. Alors je mets ce que j'ai suivant mon envie de toute façon, c'est le principe de ce blog: partager ce que j'ai envie au moment où j'en ai envieRigolant!
 

Dimanche dernier, les enfants de ma fille recevaient une distinction en Karaté. Il s'agit de la fin de leur 1ère année. Ils avaient eu fin mai leurs ceintures oranges avec 2 barrettes pour Mathilde et 3 barrettes  pour Antoine.
 

Là il s'agissait de la remise des Samouraïs, une récompense honorifique mais non moins importante et ce fut l'occasion de passer une belle journée de pique nique au bord du lac...
 

 
A2 débur de journée

Voici le lac le matin vers 10h, à notre arrivée!
 

 
A3 remise mathy

Mathilde a reçu une médaille, un diplôme de Samouraï et... une casquette aux couleurs du club pour se protéger du soleil et croyez-moi, malgré le vent qui rafraîchissait quelque peu l'atmosphère il était fidèle au poste.
 

 
A4remise antoine

Et voici Antoine a qui est remise la coupe de 3ème Samouraï d'or! Une énorme surprise pour lui... et pour nous. Avec un trés beau discours de félicitations du Professeur pour son fair-play, sa gentillesse, sa discipline, son travail acharné, sa volonté de toujours faire plus et mieux...
 

 
A1

Et le lac se repose le soir venu: seuls les enfants se sont baignés. Nous sommes restés à table à papoter, à rire, à partager, certains ont entamé une partie de pétanque, d'autres ont joué au foot,hum...! Bref! une belle journée.
 

Pourquoi pas de photos de la journée hors la remise des diplômes? Mais parce que j'ai oublié:)! Nous nous amusions que voulez-vous! Mais j'essaierai d'y penser à une autre occasion, elles ne manquent pas en été!

 
Copie de imagemagic