26/02/2010

Un brin de Provence!

C'est ma fille qui est allée à Saint Tropez et qui m'a ramené ce bouquet de mimosa, c'est la pleine saison là-bas et j'aime y aller certaines années mais je n'en aurai pas l'occasion alors...

Il faut voir çà les jours de vent: c'est un peu comme si les collines, d'un beau jaune lumineux, se mouvaient dans la brise.

Là, plus modestement, ces quelques branches trônent dans ma véranda, je suis très asthmatique, impossible pour moi de les supporter dans la maison:)! Alors, si nous en profitions tous?

 

mimo1

mimo2

 

dyn006_original_130_137_jpeg_2663927_00d9c9bda2f680c1f7500617f32f77d0

20/01/2010

La saison de ski. Ma région.

Elle est belle la neige sur les pistes! J'ai la chance d'avoir la station de La Jarjatte tout près de chez moi, à Lus La Croix Haute. C'est une station à taille humaine qui ouvre toute l'année. L'été on y pratique le vélo de piste: on monte par téléski et on redescend à vélo: ils sont étudiés pour hein, comme dirait Fernand Raynaud! Si vous débutez ou que vous voulez skier cool, sans trop faire de queue aux remontées, si vous avez de jeunes enfants... c'est le lieu idéal!

 
12554

N'est-il pas mignon? Ici, les enfants sont sur des  skis dés l'âge de 3 ans. Mais 5 ans, c'est le bon âge!

 
12553

Le tire-fesses n'est pas bien méchant (surtout là, au tout débutClin d'oeil) et les Aiguilles, qui dominent la station, sont majestueuses!

 
Mon post du jour est très restreint, pas beaucoup de temps et vous l'aurez remarqué, je vous visite moins. Je ferai mieux dés que le calme reviendra!!!!

 
AB asignat doré

23/12/2009

Ma Provence. J-1: bientôt Noël!

noel03

 
Souvenez-vous, quand j'ai habillé mon blog de sa tenue de fête je me proposais de vous faire suivre pas à pas la préparation puis la fête de Noël elle-même telle que je la vis depuis mon enfance en Provence. C'est là le dernier post de la saga.

J'aurais dû vous décrire chaque étape de ce post en 3 fois mais je n'ai pas eu le temps ou l'occasion de le faire
.

decoration-table-noel

Le Gros Souper  a lieu juste après le Cacho-fio, dont je vous ai parlé hier, le 24 décembre au soir, avant la messe de minuit.

On dresse une très jolie table traditionnelle sur 3 nappes blanches, les unes sur les autres qu'on orne de 3 grosse bougies blanches: la trinité et l'Espérance, ainsi que de petit houx. C'est là que le blé de Ste Barbe que nous avons planté ensemble le 4 vous vous souvenez? Prend sa place.

Au menu, 7 plats maigres en souvenir des 7 douleurs de la Vierge comprennent les légumes traditionnels: chou fleur, cardon, céleri, artichaut, servis soit à l'huile d'olive pressée, soit en sauce blanche accompagnés d'une anchoïade.
Tout repas maigre implique la présence de poisson, le plat traditionnel reste la morue séchée préparée en raïto. Je ne vous en ai pas donné la recette, quel dommage! Puis il y a les limaçons (çà je vous en ai parlé) que l'on enlève de la coquille avec une épine et que l'on mange avec de l'aïoli, filets d'anchois nageant dans l'huile, coeur de céleri cru ou carde, blanchi en terre.

Le Réveillon suit la messe de minuit. Le décor de fête présenté est celui d'une ambiance feutrée. Il y a abondance de mets, gibiers, rôtis et toutes sortes de vins de Provence: c'est le repas gras.

On appréciera pour finir les délicates pâtes de fruits et l'assortissement de chocolats des grandes boites  "maison " accompagnés de subtiles liqueurs du terroir.

Le  repas traditionnel de Noël a lieu le 25 décembre à midi. Il comporte des plats maigres, servis en abondance en présage de prospérité et la dinde est à l'honneur suivie des 13 desserts dont je vous ai parlé.
C'est aussi l'occasion d'apprécier les apéritifs à base de noix, d'orange ou de pêche que chaque provençal conserve précieusement ainsi que le fameux vin cuit.

Le 25 au soir, afin de se reposer, il est tradition de proposer la soupe à l'ail (l'aigo boulido dont je vous ai donné la recette il y a quelques temps).

 
AB asignat doré

22/12/2009

La bûche: traditions de Provence.

cacho fio

 
Le cacho-fio consiste en l'allumage rituel de la bûche de Noël. Cacho le feu même si çà ne ressemble pas,  signifie l'allumer : on dit même Bouta cacho-fio, c'est à dire bouter le feu à la bûche.
Il s'agit toujours d'une bûche  de bois fruitier (poirier, cerisier, olivier ). On la choisit bien grosse, elle est même conservée depuis longtemps pour l'occasion. Elle devra brûler toute la nuit, le petit Jésus sera au chaud en arrivant à minuit dans la crèche!

Généralement, la cérémonie a lieu devant la cheminée avant de se mettre à table. Le plus jeune et le plus vieux mettent le feu à la bûche, que l'on arrose par 3 fois de vin cuit en entonnant : " Que la bûche se réjouisse, demain sera le jour du pain, que tout bien entre ici, que les femmes enfantent, les chèvres chevrotent, les brebis agnellent, qu'il y ait beaucoup de blé et de farine, et de vin une pleine cuve " (j'ai pris les paroles exactes dans un livre régional, vous pensez bien, j'ai oublié, on ne fait plus çà de nos jours). Le rite du feu cacho est destiné à laisser présager le feu neuf, le feu du premier soleil de l'année qui s 'annonce.


Avant la messe proprement dite, a lieu la veillée : on fait de la musique, on chante, surtout les enfants. Les chants de Noël surtout où les refrains sont repris en chœur. Les gens qui ne comprennent pas le provençal les prennent pour des cantiques: disons que, comme tout ce qui est de tradition en Provence, le sacré et le profane sont étroitement mêlés.

En Haute Provence (j'y vivais pour ceux qui me connaissent puis longtemps), le vin est remplacé par de l'huile d'olive qui a pour avantage de favoriser l'embrasement.
Ici en montagne, la bénédiction se fait avec du bouillon de crouiche, sorte de pâte fraîche ou lasagne qui figure parmi les plats traditionnels de la région (Je crois bien vous avoir donné la recette des tourtons, faits avec cette pâte).

Je vous raconterai la suite mais il ne faut plus que je tarde, on est bientôt au réveillon!

Ah! Que je vous dise aussi: ici, on dit beaucoup, surtout chez nos vieux, LA Noël. On demande à un ami par exemple ce qu'il va faire pour la Noël. S'il est seul, il partagera notre table.

 
AB asignat doré

21/12/2009

Traditions de Noël: les 13 desserts.

dessert2

 
Pour cette semaine, je me propose de vous expliquer le Noël même, traditionnel!

Aujourd'hui, je vais vous énoncer les 13 desserts qui terminent le repas de Noël celui du 25 à midi qui dure tant qu'on ne sort pas de table avant, hou pécaïre... Je vous en parlerai certainement demain parce que çà se rapproche mine de rien:).
 
Ils sont au nombre de 13 comme les convives de la Cène, le Christ et ses 12 Apôtres, et peuvent varier selon les villes (ici, Aix en Provence et Marseille) :

- 1- La pompe à l'huile dont je vous ai donné la recette,
- 2 - Le nougat blanc au noisettes, pignons, pistaches, et surtout aux amandes.
- 3 - Le nougat noir.
- 4 à 7 - Les 4 mendiants: amandes, noix, figues sèches et raisins secs.
- 8 - Poires d'hiver.
- 9 - Pommes.
- 10- Oranges ou mandarines.
- 11- Dattes.
- 12- Fruits confits, d'Apt de préférence, notamment le cédrat.
- 13- Confiture de coings et de fruits au moût de raisins.

Chez moi, on fait des petits mélanges. Ainsi, ouvrir une figue en 2 et la garnir de cerneaux de noix est un pur régal.

Et puis la bûche, elle est bien belle celle de la cheminée, la tradition est respectée mais elle est bonne aussi à déguster.  

A la confiture de coings nous préférons les pâtes de fruits si parfumées. Personnellement je n'envisage pas de me passer de calissons d'Aix.

On se permet d'ajouter des fruits, comme les mangues, l'ananas et ce délicieux raisin d'hiver qu'on laisse mûrir sous le sable, le melon d'hiver...

Bref! on fait ce qu'on veut à condition de garder le chiffre 13, quitte à tricher un peu en présentant les fruits secs y compris les dattes dans un même plat et en faire ainsi l'un des 13 desserts, idem pour les fruits frais: avouez qu'ainsi çà ouvre des perspectives alléchantes:)!!! Mais ce que je vous dis là, quand j'étais petite, il n'était même pas question de l'envisager: il y avait les 13 desserts comme dit plus haut et pas moyen de déroger à la tradition.

On boit un petit vin cuit pour accompagner les 13 desserts, sans doute pour mieux faire passer la pompe (souvenez-vous, étouffe chrétiens)?? Je vous en donne ici la recette mais on en trouve de délicieux dans le commerce.

- On prend du moût de raisin, c'est-à-dire du jus de raisin pressé et non encore fermenté. On le met à cuire dans une bassine en cuivre et on écume régulièrement jusqu'à ce qu'il soit réduit d'un tiers. On le laisse refroidir et on le met ensuite à décanter puis on le passe au papier filtre (genre filtre à café). Lorsqu'il ne donne plus de signe de dépôt ou de fermentation, on le met en bouteilles.
On peut y ajouter une fois refroidi un verre de marc ou d'eau-de-vie par litre. Le vin est ainsi rendu plus capiteux, je vous le garantis, mon père le faisait.

Le Palette blanc est idéal mais il existe également en rosé et rouge,fabriqué près d'Aix en Provence: il  ne pourra pas vous laisser indifférent: il est parfait! Mais il est cher, ce n'est pas une grosse production et il émerge en ce moment pour se diriger vers l'AOC. Vous pourrez le remplacer par un grenache par exemple, plus modeste et donc moins onéreux!!!

Ceci dit, un champagne demi-sec est bien aussi, bien que moins traditionnel. 

 
AB asignat doré

17/12/2009

La transhumance vue par A. Daudet.

trans2

 
Contrairement à l'habitude il ne s'agit pas là d'un texte que j'ai écrit, je manque de temps à l'approche de Noël. C'est un extrait des Lettres de mon moulin, d'Alphonse Daudet si cher aux gens du midi. Ce sont des souvenirs d'enfance pour moi, qui remontent lisant ces lignes: lorsque j'avais ô! 8 ou 9 ans, on m'a demandé de lire ces pages pour une fête de Noël à l'école. Et ce passage-ci ... je ne peux pas vous dire, c'est inoubliable tant j'étais émue, j'imaginais la scène, je voyais les cabris gambader dans la transhumance.... De grands moments de joie! Dites-le avec l'accent dans votre tête, vous  verrez, çà change tout:)!


Il faut vous dire qu'en Provence, c'est l'usage, quand viennent les chaleurs, d'envoyer le bétail dans les Alpes. Bêtes et gens passent cinq ou six mois là-haut, logés à la belle étoile, dans l'herbe jusqu'au ventre.

Puis, au premier frisson de l'automne, on redescend au mas, et l'on revient brouter bourgeoisement les petites collines grises que parfume le romarin... Donc hier soir les troupeaux rentraient.
 

Depuis le matin, le portail attendait, ouvert à deux battants, les bergeries étaient pleines de paille fraîche. D'heure en heure on se disait: "Maintenant, ils sont à Eyguières, maintenant au Paradou."
Puis, tout à coup, vers le soir, un grand cri: "Les voilà!" et là-bas, au lointain, nous voyons le troupeau s'avancer dans une gloire de poussière. Toute la route semble marcher avec lui... Les vieux béliers viennent d'abord, la corne en avant, l'air sauvage; derrière eux le gros des moutons, les mères un peu lasses, leurs nourrissons dans les pattes; les mules à pompons rouges portant dans des paniers les agnelets d'un jour qu'elles bercent en marchant; puis les chiens tout suants, avec des langues jusqu'à terre, et deux grands coquins de bergers drapés dans des manteaux de cadis roux qui leur tombent sur les talons comme des chapes.
 
Tout cela défile devant nous joyeusement et s'engouffre sous le portail, en piétinant avec un bruit d'averse... Il faut voir quel émoi dans la maison. Du haut de leur perchoir, les gros paons vert et or, à crête de tulle, ont reconnu les arrivants et les accueillent par un formidable coup de trompette. Le poulailler, qui s'endormait, se réveille en sursaut. Tout le monde est sur pied: pigeons, canards, dindons, pintades. La basse-cour est comme folle; les poulets parlent de passer la nuit!... On dirait que chaque mouton a rapporté dans sa laine, avec un parfum d'Alpe sauvage, un peu de cet air vif des montagnes qui grise et qui fait danser.
 
C'est au milieu de tout ce train que le troupeau gagne son gîte. Rien de charmant comme cette installation. Les vieux béliers s'attendrissent en revoyant leur crèche. Les agneaux, les tout petits, ceux qui sont nés dans le voyage et n'ont jamais vu la ferme, regardent autour d'eux avec étonnement.

 
Vous voyez, çà danse, c'est léger... et si l'envie vous prend de sentir cette ambiance, la humer, vous en imprégner, lisez comme moi je le fais encore aujourd'hui "Les lettres de mon moulin": On ne ne s'en lasse pas:)!

 
AB asignat doré

13/12/2009

La pastorale des santons de Provence.

La Pastorale chez nous, elle se joue partout avec de vrais personnages. Des crêches vivantes qui se proposent dans toutes les salles des fêtes, les théatres pour les plus réputées... de vous raconter la nativité suivant les Prouvençaüs, assez originale mais, comme je vous l'ai déjà fait savoir en chanson Jésus, le nôtre, est né en Provence.

Alors si vous suivez bien l'histoire,  vous vous rendrez vite compte que tout y est malgré la façon un peu païenne dont elle est racontée: un mélange de religieux et de profane mais dit avec l'accent de Pagnol.

Cette Pastorale-ci met en scène des "santouns", je l'ai trouvée jolie et touchante. Mais il y en a tant de versions!  Il ne s'agit là que de la première partie. Non, je ne vous posterai pas la suite, il vous suffit d'aller sur le net pour la trouver:)!

 

 
Je vous souhaite à tous un très beau dimanche!

 
AB asignat doré

09/12/2009

La crèche: souvenirs d'enfance (suite).

santons3

 
Le saviez-vous? Certains prétendent que les marseillais construisirent des crèches avec les santons en terre cuite pour compenser l'interdiction des messes de minuit pendant la révolution.
A la fin du XVIIIe siècle les enfants jouent avec les santouns qui représentent des saints miniatures en plâtre ou en bois.
C'est de ce jouet enfantin que vont naître les premiers santons dans les quartiers près du vieux port de Marseille, car le santon est bien originaire de la cité phocéenne.
Le premier santonnier, Jean Louis Lagnel, né à Marseille en 1764,  fabriqua en série et en argile crue les "santouns" des enfants qui seront destinés aux crèches familiales.
Les personnages représentent, dès l'origine les petits métiers de la vie d'autrefois. La collection familiale de figures se transmet et s'enrichit de génération en génération.

 
santons1

 
Nous avions bien avancé dans les préparatifs de Noël. On voyait maintenant la taille qu'aurait la crèche et nous pouvions acheter les santons.  Bien sûr on ne changeait pas tout d'un coup, tant pis si le berger, le rémouleur et même le Jésus étaient un peu petit, c'était un travail à long terme parce que les santons en Provence, c'est cher!
Mais nous achetions les figurines en plâtre, bien plus économiques. Maman cousait les vêtements et nous nous chargions, nous les petits,  de la peinture: joues bien roses garanties!

Nous allions   "en ville", c'est-à-dire dans le centre de Marseille, nous qui vivions assez loin., dans les collines de Château Gombert.  On partait, ma sœur, mes 2 frères et moi accompagnés de maman, pour arriver à la tombée de la nuit et profiter des illuminations. Dès l'église des Réformés nous étions enchantés: un grand sapin s'élevait là, préfigurant ce qui nous attendait au long de notre Canebière, si chère aux marseillais comme vous savez. Sans doute n'étaient-elles pas aussi belles que maintenant les illuminations mais pour nous c'était magique. Tout brillait, les platanes chantaient leur joie, des grandes guirlandes les reliaient entre eux et d'un côté à l'autre de l'avenue des étoiles scintillaient.
Puis nous parvenions au Vieux Port et les pêcheurs n'étaient pas en reste de décorations pour leurs « pointus ». Chacun faisait dans son style mais tout, en tous cas, nous clignait de l'œil. Sans parler des boutiques aux vitrines pétillantes c'est le mot, avec leurs personnages animés! Nos yeux n'étaient pas assez grands pour tout voir!

Après avoir pris un  goûter  dans une brasserie nous remontions vers les allées de Meilhand où se tenait alors la foire aux santons. Je vous en ai déjà parlé dans un post précédent. On faisait d'abord une grande visite, admirer, comparer et surtout se mettre en tête les couleurs, les tissus... qui allaient nous permettre de décorer nos propres figurines.

Puis nous achetions les personnages que nous avions décidé de remplacer et/ou d'ajouter. Nous passions beaucoup de temps à discuter avec les santonniers, écouter leurs conseils à eux, les professionnels qui confectionnaient ces merveilles et puis nous nous lancions mais toujours, nous emportions une pièce de plus que prévu. Ma mère m'avouera plus tard qu'elle prenait en compte ce petit plus qui nous faisait tant plaisir.

Nous refaisions un petit tour de ville, profitant de ces précieux moments et puis nous reprenions le tramway et rentrions à la maison des lumières dans le regard et des idées de décors plein la tête! Car dès le lendemain nous nous mettrions au travail: peindre et habiller ces nouvelles pièces!

Il en faut peu pour être heureux et nous l'étions ô combien!

 
AB asignat doré

Nos crèches en Majesté.

Pour rester dans l'esprit de Noël, je vous ai fait un petit montage qui représente nos crèches dans les divers coins de Provence! Parce que c'est grand la Provence et chacun a sa spécificité.

Ainsi vous verrez des différences de physionomie mais aussi tenez, vous verrez une crèche marine qui nous vient du port de Sète. On se promène à Mane près de Forcalquier, ainsi qu'à Avignon, Méounes et d'autres lieux plus ou moins connus. Certaines sont installées tous les ans dans une église, d'autres encore devant l'église, certaines, plus ou moins modestes, sont la propriété de particuliers et tenez, l'une d'elle est exposée dans la vitrine d'une chocolaterie, elle est en chocolat vous pensez bien: saurez-vous la découvrir?

L'une d'elle a été prise sur le net.

 

 

Et pour finir, pour vous montrer d'où vient l'inspiration des santonniers, je vous montre un village, Les Baux de Provence, dans sa réalité quotidienne, même pas en période de Noël. N'est-il pas à lui seul un modèle de crèche???

 
creche22 baux de provence
 
AB asignat doré

08:00 Écrit par Mireille dans Ma Provence | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/12/2009

Noël en Provence: Préparatifs.

sapin-de

 


Passée la Sainte Barbe, plus rien à faire qu'à attendre les vacances de Noël. Et quand on est enfant, le temps parait long! Une petite quinzaine me paraissait un monde.
Nous ne restions pas sans rien faire cependant: Noël, çà se prépare. Alors le jeudi, jour de repos scolaire à l'époque, souvenez-vous,  nous partions nous les  plus jeunes, chercher des fournitures à sapin ou crèche.
J'adorais les pignes de pins de diverses sortes. Je ne saurais vous dire les essences mais le plaisir était là. Elles seraient emballées dans du papier argent. Mes frères se spécialisaient dans la mousse qui constituait le fond de crèche que nous préparions avant le sapin qui serait installé, lui, le 24 décembre au matin.

Depuis le Noël précédent nous avions commencé à garder et bien étaler sans le déchirer le papier alu qui enveloppait le chocolat en tablettes. Car si de nos jours il suffit d'aller en acheter au supermarché du coin, pour nous le seul moyen de s'en procurer était l'achat du chocolat qui constituait le goûter de tous les enfants de l'époque,  accompagnant une grosse tranche de pain.
Nous gardions précieusement « Le Provençal », le journal de mon père. Il serai peint pour en faire du rocher. 
Et puis nous avions à faire une maison, un lac... toutes choses qui pourraient venir agrandir, embellir encore la crèche. Pour les maisons, les boites de chaussures soigneusement découpées puis peintes en divers tons de ocre étaient idéales. Par contre mon beau frère nous ramenait pour les toits qui chez nous sont en tuiles, du carton  d'emballage ondulé. Nous découpions et peignions mais dans une couleur tout à fait étudiée, orange et rouge à la fois, avec un peu de jaune pour l'usure et de vert pour des coins de moisissure.

Tous les ans, la crèche gagnait une taille, tant pour ce qui est du « village » que forcément, des personnages donc, nous remplacions un ou deux santons et petit à petit cette petite crèche que nous avions jugée admirable au début, devenait immense et élaborée et nous en étions très fiers!

Peut être une suite pour le montage des crèche et sapin si j'ai le temps....

 
AB asignat doré

07/12/2009

Ma Provence. Les chants de Noël.

Je vous mettrai ici de temps en temps des chants de Noël que j'adorais quand j'étais enfant. Je les chantais à la veillée malgré ma timidité devant la famille et les amis réunis mais aussi à la messe de minuit pour ceux qui étaient dignes d'entrer à l'église parce qu'en Provence se marient gaiment le religieux et le païen, nous ne sommes pas regardants: ce qui importe c'est que ce soit gai:)!
 

Voici donc là "Le Noël des petits santons" chanté par Alibert, parce qu'à l'époque nous avions nos propres chanteurs à Marseille, qui remplissaient le Théatre de l'Alcazar, un public marseillais très difficile prompt à siffler le parisien venu se fourvoyer là ô peuchère! Mai si le courant passait, on considérait que la carrière du téméraire était assurée.
 

Et à ce propos une anecdote: Yves Montand, de chez nous pourtant mais qui voulait faire carrière à Paris, passait donc dans ce célèbre Théatre où le micro était banni. Il avait beau s'égosiller, on n'entendait rien tant çà chahutait. Quand le maire Gaston Deferre, tout jeune à l'époque, monta sur scène et cria "SILENCE", et le silence se fit mais il ajouta cette phrase incroyable: "Laissez chanter le mime"!
 

Et Yves Montand fit la carrière qu'on lui connait!

 
AB asignat doré

04/12/2009

Ma Provence. Le blé de la Sainte Barbe.

sainte barbe
Joli hein?

 
Le 4 décembre, jour de la Sainte Barbe, marque le début de la période calendaire. On plante dans 3 soucoupes (seitoun) du blé ou parfois (je le fais) des lentilles. Le blé constituait jadis la base de la nourriture et ces coupelles symbolisaient la prospérité, elles étaient le signe d'une belle moisson à venir...
  
Si le blé germe correctement c'est un signe d'abondance, de joie et de succès, pour l'année à venir. Mais ne vous inquiétez pas si ce n'est pas le cas hein, vous ne mourez pas de faim dans l'année!
 
Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ! 
Quand le blé vient bien, tout vient bien ! 

 
Pour le gros souper, dont je vous parlerai en temps voulu, les coupelles étaient disposées sur la table.La tradition voulait aussi que ce blé soit ensuite planté dans le champ pour s'assurer de récoltes fructueuses mais on conservait également un peu de blé séché de la sainte Barbe, pour jeter quelques pincées dans la cheminée les jours d'orage en évoquant cette patronne en protection de la foudre.

  
Si vous souhaitez faire pousser du blé et/ou des lentilles, il faut le faire germer dans des coupelles couvertes de coton humide. Vous trouverez  des petits sachets de blé dans toutes les boulangeries au profit d'œuvres humanitaires: cette année, la Fondation Raoul Follereau pour laquelle je quêtais tous les ans en Afrique: elle s'occupe des lépreux et croyez-moi il y en a encore beaucoup!

  
Veillez tous les jours à humidifier le coton, sans noyer les graines. Un petit conseil tout de même : de nos jours, pour avoir du blé bien germé le jour de Noël, ne le plantez plus le jour de la Ste Barbe, mais avec une semaine de décalage (dû aux températures élevées dans nos maisons actuelles)... sinon, le jour de Noël, votre blé aura trop grandi et retombera sur lui-même, et vous serez alors obligé de le maintenir artificiellement avec de petits rubans, ce que vous ferez de toute façon un peu plus tard si comme moi, vous voulez le conserver jusqu'à l'Épiphanie!

 
AB asignat doré

01/12/2009

Ma Provence. Les santonniers de Marseille.

La foire aux santons à Marseille est un très ancienne tradition (vers 1803, c'est dire!). 

 
santons4
C'était le début, Cours Saint Louis!


Elle s'est tenue très longtemps sur les allées de Meilhand, en haut de la Canebière mais j'ai vu que les santonniers s'installaient maintenant sur la place Charles De Gaulle, en bas de la rue Paradis. Il faut dire qu'il y a eu les travaux pour réinstaller le tramway qu'on avait supprimé dans les années 60. Donc, la foire a déménagé d'abord cours d'Estienne d'Orves à  côté de la patinoire.

 
santons5 patinoire
Côté patinoire...

 santons6
... et côté santonniers. un peu petit mais si joli!

 
Son nouvel emplacement me plait et les santonniers sont là fidèles au poste, qui viennent essentiellement d'Aubagne, la ville des santons de Provence. Je vous parlerai de ces figurines qui nous sont chères dans un prochain post, ce serait trop long de raconter ici, d'autant que je préfère vous parler de mes souvenirs d'enfance à ce sujet.
Mais pour ce qui est de la fameuse Foire elle commence le matin par une messe dite à l'église qui se trouve en haut de la Canebière, l'église des Réformés. Puis des groupes folkloriques descendent notre si célèbre avenue, des jongleurs aussi, des danseurs, des avaleurs de feu, des clowns... c'est très vivant. Et voilà! La Foire est ouverte.

 
santons1
peu de crèches vous proposent des roulottes de gitans! mais La Camargue n'est pas loin:)!

 
Il y a là une quarantaine de baraques où les crèches toutes faites, les santons, les fontaines, les cabanons... s'alignent et chacun de rajouter ou remplacer une ou deux pièces. Souvent, les familles ont commencé par une petite crèche qui s'est étoffée au fil des ans, les santons deviennent trop petits et on rachète pour « voir » plus grand. Mais tout çà coûte cher je trouve. Bien sûr, ce sont des pièces pour la plupart peintes à la main, aucune ne ressemble tout à fait à l'autre, certaines sont habillées de tissus provençaux jaune avec des fleurettes de lavande ou bleu lavande justement, ou décorés d'olives... bref! Tout un style typiquement de chez nous!

 
santons2
Outre les vètements, avez-vous remarqué l'architecture toute provençale? Typique n'est ce pas?

 
Si vous passez par Marseille, ne manquez pas ces santonniers, c'est vraiment local et agréable. Et les marseillais sont des passionnés qui soupèsent ,comparent, hésitent mais toujours se laissent séduire par un nouveau sujet!


santons3
Sur cette photo, voici ce que donnera votre crèche au soir du 24 décembre.

 
AB asignat doré

30/11/2009

le nouveau look: pourquoi, comment, qu'est ce que....

neige4

 
Mon post du jour c'est la mise en tenue de fête de ce blog. (mais pas que... vous verrez vers la fin, je vous laisse la surprise:)!))))

Je vous explique: depuis quelques temps, les habitués ont pu le constater, mon blog passe du marron au bleu, c'est moche, pénible, énervant, lassant...

Alors en mettant un nouveau design, j'espère stabiliser les couleurs. Que le bleu veuille bien rester bleu, çà me plairait assez çà! On peut rêver! Et puis alors c'est incroyable! Est-ce que les blogs ont une mémoire et celui-ci a-t'il un petit faible pour le bleu qu'il ne veuille pas fixer ma couleur caca automnale? Dans ce cas il va être content là!

Non, j'en ris mais c'est délirant! Je ne comprends pas comment, alors que vous avez changé votre code couleur, l'autre peut revenir squatter!!! C'est un mystère apparemment pour l'équipe technique skynet aussi puisque, après que je leur ai donné la preuve du schmilblick en faisant à 4mns d'écart, nombre de visiteurs pour preuve, une capture d'écran, adressée par mail, je n'ai plus entendu parler d'eux! Mon « affaire » n'est plus suivie :(!

Alors voilà! Je suis sans doute la première à me mettre en habit de fête.

 
Et d'ailleurs, que je vous prévienne, jusqu'à l'Epiphanie je vous parlerai ici essentiellement de Noël en Provence. Oui parce que tout le monde sait çà, Jésus, c'est là qu'il est né! Et tè vé, je vous en mets la preuve, c'est Robert Miras qui me l'a donnée!

 

 
Elle est trop kitch cette vidéo pour que je vous en prive!! Tout y est, les paroles, le mec, le décor, tout vous dis-je. Je me suis marrée moi à faire ce post!


Alors pouet pouet maintenant, je vous ai tout prouvé!

 
AB asignat doré

23/11/2009

Ma Provence: Virée marseillaise!

Donc vendredi, je vous au un peu abandonnés pour aller passer une journée cool à Marseille. Je mets les photos un peu en vrac. La qualité des 2 que j'ai prises de ma place au resto est moyenne mais il y a la vitre hein:)!


l'archipel du Riou
L'Archipel du Riou.

Il faut que je vous dise! Comme vous le savez, Marseille est MA ville! Çà, si vous l'Ignorez c'est soit que vous venez me visiter pour la première fois soit que vous êtes amnésique et là ce n'est plus de mon ressort mais parait que çà se travaille la mémoire.
Or, ma fifille, qui est née à Marseille aussi mais tout à fait par hasard, parce que j'étais en Afrique quand je l'attendais et qu'en pleine brousse nous  n'avions pas de structure adéquate, je suis donc venue en France pour la naissance, trouve que cette ville n'a aucun attrait! Je sais, on se dit elle est folle quand on lit çà: comment? Ne pas aimer Marseille?? Alors de temps en temps, je l'emmène, on décide comme çà, allons hop on y va et voilà. Et je lui montre un quartier, un lieu, une chose parmi tant d'autres qui fait que Marseille, ben oui! c'est Marseille.

Là, j'ai choisi de lui montrer Les Goudes. C'est un quartier comme un autre, un peu (beaucoup) excentré et qui n'a pas changé du tout depuis ma jeunesse. Nous avons pris le bus pour nous y rendre, pour pouvoir admirer le décor, il en vaut la peine.
C'est un minibus qui fait la ligne. Le chauffeur nous a demandés de patienter un peu, il « allait se faire un petit jus et zou »! Ligne 20: on peut aller jusqu'à Callelongue, un arrêt après Les Goudes. Ensuite plus rien que le site très protégé des calanques que je vous ai présenté au début de ce blog: emporter de l'eau, c'est sec, ou choisir la mer pour y accéder.

en attendant le 20. arrêt de bus
En attendant le 20!

Il faut longer l'immense plage du Prado (je vous l'ai montrée en diapos déjà), enchaîner sur la Corniche puis viennent la Pointe Rouge, Endoume... des quartiers populaire, le vrai Marseille, celui de ma jeunesse. Là, des collines blanches à vous blesser les yeux. Et bien sûr la mer omniprésente avec pas très loin ses îles, Le Frioul, le Château d'If, Pomègues et Rateneau...

iles au large
Les îles au large.

Nous avons déjeuné au restaurant que nous fréquentions quand j'avais 17, 18 ans. On commandait des pâtes, pas cher et çà bourre et on refaisait le monde. Mais là on a choisi une magnifique baudroie dans son  bouillon de bouillabaisse: sublime! Une charlotte au chocolat divine, le tout arrosé d'un rosé de Sainte Marie!

les goudes vue resto2
Vue sur le petit port des Goudes, par la baie du resto.

Quelques tables plus loin, un groupe fêtait un anniversaire. Ambiance marseillaise garantie, quand le moment de souffler les bougies est arrivé, que les bouchons de champagne ont sauté, nous avons eu nous aussi, notre coupe et on a porté un toast avec nos amis, pensez donc, des marseillaises de passage dans leur ville!!! Je sais, çà peut paraître curieux mais chez nous à Marseille, c'est normal! On partage son bonheur.

les goudes vue du resto1
Toujours du resto mais avec zoom.

Pour l'après midi nous avons pris un bateau pour approcher un peu les îles.  Il faisait si beau! Mais pas trop près quand même, il y avait une petite houle.

plane-pierre-ajoseph vue du bâteau
En bateau: oh Bonne Mère, que c'est près çà!

Et puis les boutiques bien sûr, pour des montagnardes, c'est Byzance Marseille! Les décos, baraques à santons, fête foraine... sont en cours d'installation ce qui crée une joyeuse chienlit au centre ville. Mais c'est très bon enfant hein! S'il n'y avait eu tous ces cars de CRS garés un peu partout, appelés en renfort suite aux exactions commises par les algériens 2 jours avant pour fêter leur victoire au foot contre l'Égypte: des bateaux de pêche brûlés dans le port, des vitrines brisées, des voitures renversées... et là je me pose la question: des français vivent en Algérie: que se passerait-il si à chaque victoire de la France nos ressortissants faisaient de même à Alger? Incident diplomatique (et plus) garanti!

les goudes les rochers2
En attendant le bus retour (Les Goudes).

les goudes rochers en surplomb1
Les mêmes mais zoomés.

Voilà, ces 2 photos sont ce qui vous attend si vous partez en randonnée pour "faire" les calanques. Comme je vous disais c'est sec. Mais qu'est ce que c'est beau!

Et je finirai sur une note joyeuse: ma fille commence à aimer, que dis-je, adorer Marseille:).

 
AB asignat doré

22/10/2009

Ma Provence: La partie de boules.

Oui! Là il faut que je vous explique qu'il s'agit de la partie de boules dans "Fanny", la célèbre trilogie de Pagnol.

Malgré que çà se passe à Marseille, c'est une partie de longue qui se joue là, pas de pétanque. On joue encore beaucoup à la longue, surtout ici! Moins à Marseille  peut être et encore!

J'ai eu envie de poster du léger après tout. Un poème dur, et celui qui vient ne l'est pas moins, un sujet de société que j'ai eu envie de poster mais qui ne met pas nécessairement le sourire aux lèvres, il n'en faut pas plus pour penser que quelque petite pagnolade me (et vous) détendra:)!

 

 

 
Pour les plus jeunes peut être est ce une découverte?  Ces films furent d'énormes succés en leur temps... et encore aujourd'hui quand ils sont pour la Xième fois programmés à la télé!

Je ne pense pas que ce soit le cas en Belgique cependant: c'est de la culture typiquement méridionale avant que d'être française!!!!

Alors, savourez les accents comme j'ai toujours plaisir à le faire moi-même. Vous savez qu'on entend encore ce genre de langage dans la région!!! Et quel bonheur!

 
AB asignat doré

06/10/2009

Le brame du cerf! Ma montagne.

Je pensais avoir plus de temps pour vous raconter mon week-end mais finalement je suis un peu juste.

Mon petit fils Antoine m'a accompagnée samedi pour entendre le brame du cerf. Pas beaucoup de route à faire et de plus c'est un coin que nous connaissons bien tous les deux puisqu'on y fait de l'escalade, enfin! surtout lui hein!

J'avais oublié mes lunettes et sans, je n'y vois pas grand chose pour prendre des photos. C'est donc Antoine qui s'y est collé!

 
1

 
2

 Comme vous voyez, c'est assez facile en grimpette!

 
3

Voici des vestiges du village d'Agnielle, là, l'église. Il y a encore, enfouies sous l'herbe, quelques tombes qu'Antoine s'est amusé à déchiffrer: que des noms bien de la région mais les dates... le plus récent est mort en 1878!
 

5

Pourtant, comme vous voyez, les maisons paraissent encore en bon état! Mais ce n'est qu'une apparence, seuls quelques pans de murs subsistent.

 
6

Mais la lumière y est très belle! Par contre si à l'époque ils avaient tout ce dont ils avaient besoin sur place, les habitants auraient, de nos jours, beaucoup de mal à survivre. Les derniers étaient coupés de tout durant les longs mois d'hiver, avec leurs bêtes et les provisions engrangées aux beaux jours.

 

7

Elle nous a entendus venir, chuuut!!!!

 
8bis

Ce piton rocheux nous domine. Il est loin hein, mais très présent pourtant. Il a bien fallu le contourner.

 
8

Vous n'avez pas le son et c'est dommage: très impressionnant! Par contre plus tard, des touristes sont arrivés, coiffés de bonnets ornés de bois de cerf, bruyants, rieurs et chahuteurs et le sortilège s'est rompu. Mais à chacun son plaisir, ils n'avaient pas de fusil et pour moi c'est le plus important!

 
9A

Sur le chemin du retour!

 
9B

C'était une simple promenade mais si vous avez envie de le faire un jour, prenez de l'eau et des couvertures, toujours! même pour un petit trajet de 30 à 40mns en montagne! Le soir tombe vite, surtout dans les combes, et le temps est très capricieux là haut.

 
10

 
8ter

 
Nous essaierons de remonter mercredi. La saison des amours touche à sa fin. Mais avec un peu de chance, si l'appel des sens est toujours là, nous entendrons pour la dernière fois de l'année le brame du mâle en quête d'une dernière femelle!

 
AB asignat doré

25/09/2009

Ma Provence: Le dernier vide greniers.

Mon ancien village, L'Epine, ferme traditionnellement la saison des vide greniers. Il sera le premier à ouvrir le marché de la courge.
Mais se tient là le seul vide greniers qui vaille le déplacement dans le coin. On y trouve vraiment de tout. Seul inconvénient, il a lieu en semaine. Çà ne l'a pas empêché cette année encore de remporter le vif succès qu'il mérite.

 
1

 
2

 
Je vous explique: les exposants viennent de loin et, conquis par la réputation de ce petit village, ils conservent pour lui leurs meilleures pièces. Mais avez-vous remarqué? Plus on avance dans la journée, plus les tenues se font légères. Chez nous, l'automne ne viendra que plus tard et on profite des derniers beaux jours.

 
3

 
4

 
Et nous ne saurions nous passer de Charly, une figure du village, qui vous vend mais aussi vous répare vos dames-Jeannes. Nicole nous propose de jolies petites robes, des bricoles, qu'elle confectionne elle-même et bien d'autres choses.

 
5

 
6

 
On se retrouve mi-septembre l'année prochaine, n'est-ce pas Ginou? Alors, ne sois pas triste!

 
7

 
Copie de imagemagic

08:01 Écrit par Mireille dans Général, Ma Provence | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

22/09/2009

Ma Provence: Marseille la douce!

Vous aurez compris que je manque un peu de temps en ce moment: les associations reprennent leurs activités et du coup moi je reprends les miennes. Mais sur le mode calme hein!

Alors je vous ai fait ce petit montage vite fait qui vous montre l'un de mes lieux de prédilection à Marseille, sa plage du Prado. Elle est très bien aménagée et de nombreuses activités peuvent y être pratiquées, été comme hiver. L'hiver justement: vous avez des Kms de plage pour vous promener, respirer l'air iodé, vous asseoir et admirer simplement la mer, toujours renouvelée... C'est l'un de mes privilèges!

Par contre, pour ceux qui passeraient à partir de ce jour 24.09, j'ai supprimé la musique (trés belle, je sais:o) pour ne pas trouber les lecteurs des posts à venir. Du coup, le montage a perdu un peu de son charme. Je m'en excuse!

 

 

 

 
Copie de imagemagic

18/09/2009

Ma Provence: Prémices d'automne.

Je n'ai pas grand chose à dire ou montrer en ce moment, je manque un peu d'entrain. C'est normal hein, on change de saison. Vivement la neige!

Je vous montre là ce qu'est ma montagne en cette période de transition, ni tout à fait les couleurs flamboyantes de l'automne mais déjà plus la douceur de l'été en montagne.

 
1.1vallée du buech

Lundi, sur la route de grenoble. La vallée du Buëch fait un peu grise mine!

 
1.2ledévoluy

Et Le Dévoluy nous dévoile ses marnes (cette terre noire) que je n'aime pas beaucoup. je préfère la roche blanche qui met si bien en valeur notre beau ciel bleu.

 
1.3ledévoluy

Comme ici par exemple! C'est toujours Le Dévoluy mais vu sous un autre angle! Attention, il a de nombreuses facettes, il s'agit d'un massif hein, très connu des skieurs!

 
1.4ledévoluy

Et voici l'un de ses cours d'eau qui ne va pas tarder à geler et deviendra torrent à la fonte des neiges.

 
1.5lechampsaur
 
Un berger prés de chez moi. Il n'a pas envoyé ses bêtes aux alpages cette année: il est âgé et n'a pas trouvé de jeune dévoué pour lui prendre le troupeau et comme les professionnels, c'est cher et le troupeau petit...

 
1.6lechampsaur tourtons

Et puis, comme tout finit toujours par une jolie table, voici la spécialité locale, délicieuse: les fameux tourtons! Je crois bien vous en avoir donné la recette au début de ce blog.
 
Bonne journée à tous!

 
Copie de imagemagic