10/12/2009

S.I.D.A.. Le poème de la semaine.

dyn002_original_533_455_pjpeg_2572620_517419a358a09a7e4712cedd1e39ad9e

 
Je sais, j'aurais dû poster ce texte la semaine dernière pour la journée d'action contre le SIDA mais j'ai été très occupée par le Téléthon.  
Mais que vous dire, il est toujours temps de penser à la prévention, la mobilisation et puis donner même un peu pour la recherche! Ne pensez pas que le SIDA c'est de l'histoire ancienne chez nous, les traitements actuels ne guérissent pas, ils retardent l'avancée de la maladie mais pour l'instant le seul remède fiable connu est et reste, le préservatif!



Il est seul
Le macadam fondu frissonne sous ses pas
La nuit se fait pudeur
Celle qu'il aime l'attend
Au petit bar d'en bas
Pour un grand soir magique
Encore un court instant. Il va avec lenteur.
 
Elle croit que le bleu pourra durer toujours
Lui depuis ce matin il a mal de savoir
Mais c'est ce médecin
Il aurait pu se taire
Attendre un jour, demain
Revenir en arrière
Un jour, encore un jour
Il faudrait ne rien dire, ne pas blesser l'amour
Oui mais comment le vivre ce si grand désespoir.
 
Elle le quittera. Et ce sera déjà sa dernière défaite
Non, elle l'aime tant. Elle va souffrir pleurer
Elle ne s'y attend pas
Et c'est lui l'homme atteint qui devra rassurer.
A toutes ses questions il ne répondra pas.
Si elle aussi... Mais non! depuis le tout début
Ils se sont protégés. Le premier soir peut-être...
Oh non! Si c'était elle... Sans même l'avoir su!
 
Il est seul
Avec toutes ces questions qui sont si dérisoires
Elle pourra bien attendre c'est la fin de l'histoire
Avant même le début
Cette fin est sordide puisqu'il faut expliquer
Qu'elle demain peut-être... Maman je suis foutu!
Meurt-on à dix huit ans pour avoir trop aimé?
Ce jour est mon linceul.
 
Le petit bar d'en bas
La porte est grande ouverte
Je ne lui dirai pas
Je ferai une lettre
Mais pas ce soir oh non! Pas ce soir
Je ne peux pas.
Vivre l'heure, l'instant
Profiter du présent.
 
Demain!
Mais je suis déjà seul.

AB asignat doré

Commentaires

Bonjour ma chère amie .... oui avec la maladie commence une solitude effective, affective, réelle et intérieure ...

Écrit par : chantal | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

oui Mimiiiii horrible maladie mais je ne comprends pas qu'on puisse abandonner quelqu'un
et ce qui me sidère encore plus c'est que les jeunes n'en ont plus conscience, je trouve INDISPENSABLE que dans les écoles il y ait un cour pour tout ce qui concerne la sexualité, je l'ai bien eu moi un cours comme ça en 62 au lycée !! juste un jour par an allez une semaine pour faire large !! et puis plus rien c'est à longueur d'année qu'il faut en parler et l'école est l'endroit adéquat
xxxxxxxxxxxxxxx

Écrit par : nays | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

il est vrai qu'une maladie en elle-même est déjà lourde, mais elle s'accompagne d'autres facteurs/conséquences tout aussi difficiles: abandon,solitude,rejet,culpabilité,...
j'espère que tu récupères de tous les efforts faits dans le telethon, il en vaut la peine!
bonne journée à toi biz
marchés de noel à Cologne zéro!

Écrit par : philou | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour ma mimi un texte encore une fois poignant
Tu sais on a beau mettre en garde mais je pense toujours à une chose qui pourtant devrait être naturel mais qui peut " frustrer" lors d'un premier rapport sexuel
Imagine la première fois on est déjà apeuré de ce 'dévoiler" alors la pose d'un préservatif ...doit probablement faire peur , un geste naturel par la suite ...mais la première fois oui c'est mourir d'aimer naturellement , Charlotte Valendrey en parle avec tellement d'émotion dans un livre dont je ne sais plus le nom
Le meilleur moyen en parler encore et encore et toujours
tout gros bisous ma mimi passe une bonne après midi

Écrit par : Anne | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

C'est pas jojo, mais la réalité est ainsi, et il faut la regarder sans se voiler, le drame et la souffrance est à la porte de chacun de nous. Bizzz Mimi

Écrit par : Edouard | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

Coucouuu oui mais c'est les cons qui excluent qq un pck il est sidatique ,j'ai eu des copains sidatiques à une époque certains sont morts (y avait pas encor' la trithérapie ) d'autres sont tjrs là et vivent normalement grâce aux médocs
très beau texte en tt cas :)
bon jeudi Mimi
des gros bisous

Écrit par : bio | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Mimi, Très beau et émouvant poème qui hélas reflète la réalité que l'on a tendance à oublier souvent. Belle journée, bisousss.

Écrit par : tede | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

Le sida c'est terrible ! Pour l'instant on semble le minimiser mais il faut être conscient que c'est un véritable fléau au niveau Mondial.
Il faut aider ces personnes et mettre tous les moyens en oeuvre pour enrayer cela avec l'aide de tous.
Gros bisous
@+Jacques

Écrit par : Jacques et Chantal | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

combien sont dans ce cas!! ton poème est superbe et criant de vérité.
je pense que te es rentré et que tu as trouvé tous les cadeaux pour noël.
je te souhaite une agréable soirée, moi je vais regarder "envoyé spécial" avec les photos retouchées, ça sera marrant, vais rajeunir les miennes mdrrrr douce soiré mimi et gros bisous
laura

Écrit par : laura | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Mimi ah cette foutue maladie, il magnifique ton texte à la lecture cela fou les boules quand cela va se terminer pour ces personnes qui se disent je suis foutu.
Bonne soirée Mimi
Bisousss

Écrit par : urson | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

du pognon pour aller sur mars nous en trouvons
mais pour soigner ou aider les gens à combattre une saloperie de maladie.
bon j'arrête de râler ......
bisous et bravo pour ton texte.


Écrit par : Pascal | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

ma mimi que j'aime
non ma p'tite fille de coeur c'est trompée j'ai plus que 8000 plaquettes à la place de 150 000 leucémie? on ne sait pas encore
je devais entrer ce soir pour l'hopital mais je veux encore passer une nuit à la maison
bisous ma mimi tout grosssssssssssss bisousssssssssssssssss

Écrit par : Anne | 10/12/2009

Répondre à ce commentaire

Vraiment, un très beau texte; presque une petite nouvelles en vers. Que dire de plus sinon que c'est poignant; une belle évocation de la solitude provoquée par cette horreur sans nom qui déclenche avant la mort physique, la mort sociale.

Mes passages se font assez rares en ce moment; à cause de mon travail (difficile) mais je ne t'oublie pas. Merci pour ton précédent com qui m'a permis de sentir que je n'étais pas la seule à vivre ça.

Bises et bon dimanche, Mimi.
Géraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 13/12/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.