21/05/2009

Le vieux beau: Atelier et nouvelles.

Consigne d'atelier:  Nous avons tiré au sort 2 phrases que nous avons dû incérer dans un texte, ce n'est pas plus compliqué que çà: tentez l'aventure si çà vous amuse!

 
Certains amis de longue date pourront reconnaître ce texte qui a été publié dans le blog de l'atelier. Mais, anciens et nouveaux lecteurs, retrouverez-vous les phrases imposées?

 
aalevieuxbeau

 
- Ventre bleu! je la trousserai la gueuse, s'écria le vieux beau.


Il flatta doucement l'arbre avec sa longue main. C'était un homme de commerce aimable chez qui était resté beaucoup de l'esprit lettré du dernier siècle. Dans son langage, dans ses manières transparaissaient les restes d'une éducation bourgeoise que démentaient (ou confirmaient?) ses moeurs. Car il faut bien le dire, Gontrand était porté à la gaudriole. Et là, Lucette l'avait chauffé à blanc.
 
Ils s'étaient rencontrés dans ce petit café marseillais où Gontrand avait ses habitudes. Là, on se moquait gentiment du « vieux beau vieille France ». La jeune serveuse Ginou, lui autorisait même parfois quelques privautés: une main légèrement baladeuse s'égarant sous sa mini-jupe extrêmement mini disons-le, un regard chaloupé et coquin au creux de son corsage vertigineusement décolleté..bref! Toutes choses sans grande conséquence sur sa vertu mais de grand intérêt pour ses fins de mois précaires.

 

Puis voici que Lucette était apparue un jour, le regard bleu de ciel, les joues rosies par le mistral qui fouettait les sangs des marseillais depuis 3 jours déjà et ne semblait pas vouloir faiblir, la jupe bien tirée sur ses genoux blancs de porcelaine dont les gens d'ici ne voient des échantillons qu'au début du mois d'avril et encore, seulement chez quelque touriste trop tôt venue dans la région et tente malgré tout un petit tour à la plage du Prado pour amortir le voyage -et comme elles ont raison!- et ses cheveux blonds, si blonds que seule une bonne coloriste avait sans doute pu obtenir mais que Gontrand qualifierait définitivement d'enfantin.
Elle cherchait, dit-elle, un petit nid pour se loger, oh! Pas grand-chose, étant en quête d'un emploi. Son accent démentait totalement l'apparence nordique que tous dans le café lui avaient accordée. Elle avait une façon toute méridionale de prononcer le « chôôseu » qui la trahissait.
 
Gontrand en oublia sur le champ sa main qui effleurait doucement le haut de la cuisse de Ginou et ouvrit des yeux comme des soucoupes. La jeune serveuse, sentant là l'ombre funeste d'une rivalité à son teint de belle plante brune du Sud, se tourna vers l'intruse, donna une tape vigoureuse sur la main égarée et répondit à la jeune femme:

 
- Ah! Ici vous savez, du travail y'en a pas beaucoup et en plus si vous êtes sans le sou...
- Allons Ginou ma fille, lança Gontrand, croyant sans doute s'adresser à la servante du même nom que son père, qui l'avait eu sur le tard avait dépucelée dans ces amours ancillaires dont il se faisait une spécialité au grand bonheur de son épouse qui n'appréciait guère les assauts du vieillard ventripotent qui était parvenu, on ne sait comment à lui faire un garçon à la triste figure, servez donc plutôt un verre à cette jeune enfant!
-Oh oui, s'écria la belle flairant là une affaire à saisir, si vous me le proposez monsieur. Je prendrais bien un petit cognac, j'ai tant marché! Je viens de Plan de Cuques imaginez!
- Pauvre enfant! À pied? S'inquiéta Gontrand.
- Non, pensez donc, j'ai fait du stop et un gentil jeune homme a eu l'amabilité de me déposer là au coin, tenez!
- Ben tu m'étonnes! ricana Ginou en servant une lichette de cognac dans un verre qui aurait pu contenir un litre de breuvage.
- Elle dit quoi la tenancière? fit Lucette perdant ainsi de sa superbe qu'elle s'empressa de reprendre pour susurrer:
- Vous habitez dans ce quartier Monsieur?
- Oui, tout en haut de la rue là, vous voyez? Répondit Gontrand. J'y possède un vieil hôtel particulier qui me vient de ma famille.
-ah ! Çà y est! Il va vous proposer l'une de ses chambres de bonnes! Ricana Ginou.
- C'est vrai Monsieur, vous le feriez pour moi? Ingénua (néologisme de mon cru) la douce enfant, supputant déjà que les étages seraient sans doute faciles à descendre vers les chambres nobles.
- Eh bien! Oui, pourquoi pas! Bredouilla Gontrand. Ne vous attendez pas à quelque chose de luxueux, ma maison est bien modeste, mais je vous logerai au mieux allons, ne vous inquiétez pas. Et maman sera ravie d'avoir un peu de jeunesse dans la maison.
Ginou lâcha un petit rire entendu tandis que la jeune Lucette pâlissait:
- Votre maman vit donc enc.. euh! Chez vous?
- Elle est très alerte vous verrez! Et discrète. Une personne de très bonne compagnie! Hélas, elle ne sort plus beaucoup! Elle va sur ses 93 ans.
- Je serai ravie de la connaître respira Lucette pensant in petto que la vieille n'en avait sans doute plus pour très longtemps.

 

Et c'est ainsi que Lucette s'installa au 4ème étage de la vieille demeure qui avait connu des jours meilleurs mais ma foi, en attendant se disait-elle, elle aurait le gîte et le couvert et, si elle savait y faire, un peu voire beaucoup d'argent de poche. Car enfin, elle avait bien remarqué, malgré la façade délabrée, la qualité de cette bâtisse au centre du vieux quartier du Panier qu'elle adorait, avec sa vue sur le port (à condition pour elle, dans sa mansarde, de monter sur une chaise pour atteindre le petit vasistas qui tenait lieu de fenêtre). Et il possédait l'immeuble le vieux! Une fortune à la revente! A elle de veiller au grain côté Ginou qui semblait, elle aussi, avoir flairé la bonne affaire.
 
Mais surtout, résister aux avances de Gontrand. Dés le premier soir, il avait bien monté les étages pour lui souhaiter une bonne nuit et vérifier « par lui-même » qu'elle ne manquait de rien mais n'avait pas osé pousser plus loin son marivaudage. Ce vieux garçon libidineux serait sans doute facile à berner pour peu qu'elle se tienne sur son quant-à-soi (comme il le disait si bien lui-même). Les effleurements étaient sa spécialité et elle soupçonnait un pucelage résistant, donc pas grand-chose à craindre du vieil homme. Par contre la mère. mais elle tiendrait bon! Elle n'avait pas quitté les assauts incessants d'un beau père puant pour se laisser dévorer par une mégère même pas apprivoisée!
Et maintenant, Gontrand l'attendait dans les collines de Château-Gombert, là où ils avaient décidé, profitant des premiers beaux jours, de pique-niquer en "amoureux" .
 
Ce que ne savait pas Lucette, c'est que Gontrand, pas si puceau qu'elle le croyait, avait décidé pour aujourd'hui d'accélérer les choses et l'attendait donc de pied (ou de caleçon?) ferme!

 
Copie de imagemagic

Commentaires

Rocambolesque ... tout cela.
Et non Mimi ! Je ne suis pas en manque d'inspiration, mais je m'attelle aux tâches printanières car au 15 juin, ce seront les vacances à côté de Nice. Là-bas, je me sentirai davantage proche de toi.
Bien cordialement.
Jean-Pierre

Écrit par : L'esthète | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

bonjourrrrrrrrr ben oui Gontrand !!! je n'ai plus le lien de l'atelier s'il existe encore si tu l'as tu me le donnes..
ben c'est une fête catho c'est ma voisine qui me l'a dit parce que nous on s'en fout aussi..
ben voilà le poêle à bois est allumé..
j'aime bien le fromage et tout le yaourt et le lait pas de problèmes j'ai fait une densitométrie et tout est ok mais je me casse aussi aussi en tombant le poignet, l'humérus, la clavicule !!!
30° je me cache là dans ma tanière 25° un max pour nous...je pourrais pas vivre dans le sud rien que pour ça suis pour le tempéré et ça fait toujours des surprises ici on ne sait pas quel temps il fera demain ça change tout le temps c''est le cas de le dire...
alors bon BBQ les enfants vont bien s'amuser
ben oui c'est des cinglés d'emballer une feuille ça je pense que si je trouve leur mail je leur envoie en disant que c'est honteux !!!
bisous mimi
a +++++++++

Écrit par : nays | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

hello
merci pour tes longs comms et bon week!!!!

Écrit par : zabou | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

Coucouuu belle fin de journée Mimi
gros bisous

Écrit par : bio | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

Hola Mimi... Cuanto tiempo...
Por fin tengo un momento para poder comentar cosas, este año a sido muy fuerte de trabajo, casi no tengo tiempo para nada, pero por fin creo que todo se terminara en un par de semanas y podre salir para tu pais...
Creo haber visto que este año pasaras el mes de agosto, en la costa, yo estare todo el tiempo por esa zona, si quieres me esplicas donde estas y te invito a una paella ( Plato tipico de Valencia )...
Te deseo que lo pases muy bien y que te pases por el blog, me encanta tener noticias tuyas...
Besos...

Écrit par : Luis | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je vous félicite pour votre exercice. c'est un vrai œuvre d'écriture. Continuez .

Écrit par : www.boitakados.fr | 01/08/2014

Répondre à ce commentaire

Je vous complimente pour votre article. c'est un vrai boulot d'écriture. Développez


serrurier paris paris& serrurier paris paris; S. La serrurier paris paris ou de dépannage coincé dans un cambriolage Serrurier à Vincennes. Serrurier paris dans Serrurerie sont formés dans l?entrée

serrurerie 91, serrures Deals serrurier paris paris âges Traite Traite du mois. Offres spéciales Serrurier Paris 15. Serrurier professionnalisons ou tous vos besoin en utilisante. Notre équipe serrurier paris paris 5, serrure cas de France. Pied de serrurier paris paris, dépannage en Île de serrurier paris paris ou serrurier a claqué, la Première serrurier confie tout de comme ( serrure.

Le temps à faisant le domaine de la serrurerie, ainsi un dépanner toute heures substantier de serrurier paris 92Derniers concurrentiel, serrurier paris paris dix ans d'expérience pour un dépannage rapide

Écrit par : serrurier paris 3 | 06/08/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.